Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesLivres

PASSEURS DE DISQUES

PASSEURS DE DISQUES

éditeurMareuil Editions

PASSEURS DE DISQUES

Qui sont aujourd’hui les vrais passeurs (ou transmetteurs) de disques ? A l’heure ou n’importe quel quidam peu s’improviser Dj en touchant deux boutons et en levant les bras l’air … ce livre arrive a point nommé. Le journaliste Ersin Leibowitch (France Info, Muziq, Jazz Magazine) donne la parole à trente personnes qui suivant les époques ont lutté pour que tous les genres musicaux puissent s’imposer ici en France. Un vrai parcours de combattant pour certain, un sacerdoce pour tous quoiqu’il en soit. Qu’il soit Dj, programmateur de radio, animateur d’émission, journaliste, consultant en maison de disques, tous on cet amour incommensurable de la musique et d’en parler. La faire découvrir, la faire exister. Jacques Canetti, Daniel Filipacchi, Lucien Leibovitch, Albert de Paname, Guy Cuevas, Rémy Kolpa Kopoul, Bernard Lenoir, Jean Bernard Hébey, Frédéric Lodéon, Sidney, Robert Lévy-Provençal, Dee Nasty, Laurent Garnier, David Guetta, Manu Le Malin, Dimitri From Paris, Pedro Winter, David Blot, Philippe manœuvre, Philippe Corti, Gilles Peterson, Chloé, Agoria. Ces trente activistes que l’on connait tous plus ou moins suivant notre génération, racontent leur histoire, leur influence… et forcément çà nous parle que l’on soit amateur de jazz, rocker dans l’âme, mélomane assidu ou classique, élevé au hip hop par Dee Nasty, clubber invétéré depuis l’époque du Palace et par la suite du Rex Club, auditeurs de Nova ou France Inter, fidèle des disquaires ‘historiques’ de Paname ! Un passeur de disque joue la musique qu’il aime sans faire de concession à l’instar de Laurent Garnier qui dit « Il n’y a pas a transiger sur ce genre de choses. Pour moi, la musique, c’est un peu comme l’art contemporain, comme la peinture, il y a un moment où tu n’imposes rien a personne. Les gens sont libres de venir t’écouter ou de rentrer chez eux. En revanche, toi, en tant qu’artiste, tu es complètement libre de proposer ce que tu as envie de proposer. Donc il n’y a absolument aucune concession à faire dans ton art, jamais. Tu dois faire ce qui te parle. Ce n’est qu’à partir de là que les gens pourront te respecter, te suivre et te connaître. On n’est pas là pour mentir. On ne fait que de l’art. On ne change pas la face du monde. Nous ne sommes pas des politiciens, on a pas a bullshiter les gens toute la journée. Sauf si tu fais çà pour le fric, mais çà, le public le sait très vite ». Garnier a tout résumé, et je me reconnais parfaitement en cela. Tout comme comme dans cette déclaration de Gilles Peterson sur ses Dj set ou son émission Worldwide : « C’est beaucoup de freestyle, je ne prépare pas a l’avance en me disant « je vais passer ça, et après ça, et après ça, etc », je décide sur le moment, j’improvise. Je prends beaucoup de plaisir à mixer plein de musiques différentes : du jazz, de la house, du hip hop… C’est pour ça qu’en club, aujourd’hui, il me faut cinq, six ou sept heures de mix. Je ne peux pas faire tout ce que je veux en une heure ou une heure et demie. Ca ne m’intéresse plus. » Autant de déclarations et anecdotes que l’on retrouve dans cet ouvrage. Chaudement recommandé. Sachez qu’un volume deux est en préparation. Disponible en librairie ce livre de 350 pages est paru chez les éditions Mareuil.

Par Dj Barney