Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

NOLA IS CALLING / SEWING MACHINE EFFECTS

NOLA IS CALLING / SEWING MACHINE EFFECTS

labelJarring Effects

NOLA IS CALLING / SEWING MACHINE EFFECTS

album

Bonne nouvelle : l’audacieux label Jarring Effects édite un nouvel épisode des World Wide Effects, ces sessions de beatmaking programmées en situation à travers le monde. Après Le Cap et Detroit, les explorateurs lyonnais ont retenu le site de La Nouvelle-Orléans. Entouré par Bonaventure Didolanvi, le percussionniste du prestigieux T.P. Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou et par Hasizzle, fer de lance de la bounce, David Walters brosse un portrait saisissant de la turbulente cité du Sud des États-Unis. « Code Noir » dénonce de manière cinglante l’esclavagisme mis en place par les colons français, « Ljo Ya » balance un rap possédé et « Louisiane Mambo » rappelle l’impact des rythmes afro-cubains sur la « Ville Croissant ». Pétri d’arrangements inédits (David Walters intègre notamment les sons oniriques du cristal Baschet), « Nola Is Calling » témoigne aussi des liens ancestraux qui unissent les cultes du golfe de Guinée et le delta du Mississippi. Un trait d’union incarné par les Black Indians Jermaine et Romeo, d’après ces descendants d’esclaves yorubas qui trouvèrent refuge auprès des tribus amérindiennes du bayou. Porté par le violoncelle d’Olivier Koundouno, « Humbow » rappelle cette page de l’histoire locale. Tout comme l’envoûtante plage titulaire et ses boucles dub inscrites dans le sillage des obeah men et autres sorciers de l’archipel antillais.

Par Vincent Caffiaux

445-nola-is-calling-pic