Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

MODERAT / MODERAT II

MODERAT / MODERAT II

labelMonkey Town

MODERAT / MODERAT II

album

Cela fait dix ans que l’addition parfaite Modeselektor + Apparat existe et quatre ans que leur album éponyme, avec les tubes « New Error » ou « Rustie Nail », est sorti. Ils nous reviennent début août avec un album nommé « Moderat II », un titre qui suggère l’idée de suite mais qui n’est, en fait, qu’une évolution, une transformation fusionnelle de deux univers bien distincts. Ils le disent eux même : cet album est le premier conçu en tant que groupe. Ils ont vraiment essayé de travailler ensemble tel un tout formé de trois entités. Le premier titre et single, « Bad Kingdom », est un joyau de douceur. Apparat, très à l’aise avec le rôle de lead vocal, étonne par sa puissance. Nous ne sommes pas dans le pathos, comme le montre le clip réalisé par le collectif Pfadfinderei, mais dans une sobre et lourde violence.
Notons que la sortie de l’album le 2 août sera accompagnée du tout premier live avec ce nouvel opus à l’Eastern Electrics Festival près de Londres. Et que sa réalisation, comme celle du précédent, sera confiée à Pfadfinderei. Faisant suite à « Bad Kingdom », le morceau « Versions » laisse place à une techno bien rigide à laquelle nous a habitué le trio. Une perfection où la saccade rythmique se mélange à des sonorités rondes, le tout saupoudré de montées et descentes calibrées et pleines de groove. « Let In The Lights », est quand a lui un titre bien plus électro, alliant des chants bien poppy à une musicalité minimale mais profonde. Un titre qui méritera sa place au soleil jusqu’à la fin de l’été et même plus.
En fait, « Moderat II », chez Monkey Town Records, est un album très bien pensé où l’on passe avec facilité de la techno à l’électro sans même s’en apercevoir. Une réalisation moins sombre que leur précédente et une recherche pleine de surprise. L’album n’étant pas encore sorti, nous vous laissons le soin de vous faire votre propre avis quant à la suite des titres mais soyez sûr que le plaisir est au rendez-vous. (MJLF)