Starwax magazine

starwax magazine

archivesjanvier-2015

REPORT / <br/>HIGH TIMES CANNABIS CUP#27

REPORT /
HIGH TIMES CANNABIS CUP#27

Posté le

Me voilà reparti pour la vingt septième High Times Cannabis Cup d’Amsterdam où l’évènement vit le jour en 1988, associant dégustations et élections des meilleurs herbes et hashish qu’offre notre chère planète bleue. La Cannabis Cup c’est aussi des conférences données par des membres éminents de la communauté cannabique internationale (principalement néerlandaise et américaine) ainsi que des concerts dans la salle mythique le Melkweg, bien évidemment musique et chanvre indien forment un couple ô combien idéal.

Je quitte Montpellier ce 19 novembre 2014, après une excellente Télérama Dub Party en compagnie des Stand High Patrol et qu’est ce que j’apprends : le beaujolais nouveau est arrivé, quelle horreur !! Je préfère de loin aller fêter les vendanges cannabiques là où c’est encouragé depuis quarante ans. Je veux parler de la magique et magnifique Amsterdam. C’est ici que se retrouve les 2 à 3000 « juges » (en majorité américains) pour consommer et élire les meilleures variétés présentées par la quinzaine de coffee-shops en lice.


Malheureusement, cette édition se voit amputée, à la dernière minute, du traditionnel et sympathique salon-exposition se déroulant tous les après-midi. En effet depuis quelques années, la politique néerlandaise concernant le cannabis évolue. Même si le projet de Wiet Pass qui consiste à accorder l’accès au coffee-shop aux seuls résidents du pays munis de ce fameux pass n’a pas été appliqué, il n’en demeure pas moins que le maire d’Amsterdam a le cannabis en horreur. Ce qui a pour conséquence la fermeture des coffee-shops situés à moins de deux cents mètres d’une école. Donc les organisateurs de la Cannabis Cup sont mis sous pression, étant avertis au dernier moment que la police arrêtera tout le monde si le salon a lieu, les autorités n’acceptant pas une telle promotion et exhibition du cannabis.

702-htcc2014-02
Evidemment, cette décision particulièrement injuste jette un froid sur l’évènement mais rien n’est perdu car les conférences des différents intervenants auront tout de même lieu, avec comme tous les ans, des interventions toujours riches d’enseignements. Comme comment cuisiner et consommer le cannabis par Elise Mac Danough, cultiver tel un professionnel présenté par Nico Escandido ou encore le complexe militaro-industriel face à l’industrie du cannabis par le légendaire Soma qui nous offre une vision très riche et spirituelle de cette plante sacrée, pas prête d’être arrêtée, à la quelle il consacre sa vie. Rassurez-vous, l’accès aux coffee-shops et à leurs incroyables menus est toujours possible même si la prudence pour les non avertis doit être de mise, les variétés proposées ont des effets psychotropes forts puissants. Alors faites attention à vous, c’est un conseil !! Même si l’ambiance et l’énergie dans ces derniers sont toujours incroyables, pendant ces cinq jours, La Cannabis Cup c’est également des soirées musicales d’anthologie. Malgré le fait que d’année en année, la programmation décline quelque peu, c’est toujours un bonheur de se rendre au Melkweg tous les soirs. J’aurais l’honneur de découvrir pour sa première date en Europe, l’excellente jeune rappeuse anglaise Kate Tempest, signée chez Big Dada, j’y manquerai les rappeurs de la Coka Nostra ou encore les mythiques Specials que je rattraperais quelques jours plus tard à Paris. Ouf!! Deception, Deltron 3030 et Action Bronson sont annulés. Mais revenons à la soirée la plus extraordinaire de cette année c’est à dire l’anniversaire d’une légende de la scène alternative et cannabique d’Amsterdam : Mila Jansen qui célèbre ses 70 ans d’âge, ses 50 ans de fumette et les 20 ans de Pollinator (un extracteur de résine né de son imagination). Je n’oublierais jamais cette nuit de rêve où se sont succédés musiciens, mcs, batucada, danseurs de capoeira et des Djs. Comme tous les ans, la dernière soirée est consacrée à la remise des nombreux prix. Les grands vainqueurs sont la Cookies Kush de chez Barney’s pour la sinsemilla et le superlemanhaze cream pour le hashish imputé. Pour clôturer cette édition les Rebelution joueront leur reggae roots efficace.

702-htcc2014-04
Même si l’évènement est, depuis trois-quatre ans, de moins en moins toléré par la politique locale, il continue d’exister puisque Amsterdam a été et doit demeuré la source originelle, d’autant plus que de nombreux pays semblent changer de positionnement vis à vis du chanvre, de ses consommateurs et de ses professionnels. C’est le cas dans plusieurs états aux Usa, en Espagne, en Uruguay, au Chili, au Canada, en Belgique, en Autriche, ou encore en Allemagne. Mais que fait la France ? Objectivement cette plante n’a pas plus de raisons d’être interdite que l’alcool, le tabac ou de nombreux médicaments en libre circulation. Bien sûr sa consommation demande un apprentissage, de la prévention mais sûrement pas des sanctions pénales et financières, à l’heure où ses usages thérapeutiques apparaissent de plus en plus évidents pour de nombreuses pathologies.

702-htcc2014-03
En conclusion, la High Times Cannabis Cup d’Amsterdam, organisée par le magazine High Times, reste en Europe, l’endroit idéal sur notre chère planète pour se retrouver, réfléchir et discuter autour d’une bonne weed. Des passionnés bien cool plus de la bonne musique sont les deux ingrédients qui font le succès de cet évènement. En espérant fortement que cela ne s’arrête jamais. A l’année prochaine, même endroit, même heure.

Photos et texte par Triple Zero.

702-poster-htccAmsterdam2014