Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

DJ VADIM / DUBCATCHER

DJ VADIM / DUBCATCHER

labelBBE Records

DJ VADIM / DUBCATCHER

album


Issu de l’écurie Ninja Tune, Dj Vadim témoigne d’un esprit curieux. Après maintes expériences aux côtés de Matt Black et Jonathan Moore AKA Coldcut, le créateur d’origine russe revient sur le devant des platines avec un album entièrement consacré au reggae et à ses différentes composantes. Rebaptisé pour l’occasion Daddy Vad, cet architecte sonore s’est largement imprégné du Londres cosmopolite du jour. La tonalité renvoie aux labels Fashion ou Ariwa et à des Dj’s tels Tippa Irie, Pato Banton ou Smiley Culture. Cette direction musicale n’est guère surprenante. Les fans de Vadim se souviennent certainement de sa collaboration, il y a quelques années, avec Big Red, la voix de stentor de Raggasonic, et des concerts partagés avec Capleton et Macka B.

Emmené par Demolition Man, « If life was a thing » (ci-dessous) confirme l’extraordinaire capacité de recyclage du répertoire jamaïcain. Avec « Sweet like a lolly », Governor Tiggy balance un phrasé vocal proche du rub a dub. Dynamite Mc confirme la bonne santé de la scène ragga-jungle outre Manche. Sommet du recueil avec « Give it up », Y T confronte ses lyrics vitaminés à la voix soul de Katrina Blackstone. Frange dancehall du regretté collectif new yorkais Boogie Down Production, Jamalski décrit sa « Raggamuffin life » avec la verve qu’on lui connait. Et Karen B. dilate le volume sonore d’un « Pele » qui n’est pas sans rappeler les travaux électro-excentriques de Nina Hagen. Hommage fébrile à la bass culture, Dubcatcher sera suivi, dans quelques mois, par son pendant mélodique : Soulcatcher. « First comes the bass and later comes the soul” précise Daddy Vad. Le skank lacé aux chevilles, on attend ce futur volet avec impatience.

Par Vincent Caffiaux