Starwax magazine

starwax magazine

archivesjuillet-2016

VINYLES INSOLITES : COLORS, SHAPES & PICTURE-DISC

VINYLES INSOLITES : COLORS, SHAPES & PICTURE-DISC

Posté le

Pour la plupart d’entre nous un vinyle est de forme ronde, de petite taille (17,5 cm) ou en grand format (30 cm) et de couleur noire. Outre qu’il existe un format intermédiaire, il est aussi possible de faire des disques de couleur, d’autres avec des images sur toute la surface du vinyle et même des supports à la forme unique, sortis tout droit de l’imaginaire de créatifs. Nathalie Rabier fait partie des fans de vinyles insolites des années 70-80. Elle le fait savoir via son blog Les Copains d’Abord. Suite à nos échanges, nous avons décidé d’approfondir le sujet et de vous faire partager cette passion commune.

Avant-propos
Pas besoin d’être Dj pour être fasciné par les vinyles translucides colorés. Nathalie Rabier fait partie de ces individus « éblouis » par ces disques qui interpellent de par leur esthétique. Elle raconte sur son blog qu’elle n’avait pas eu de vinyles à la grande époque mais elle a débuté sa passion en trouvant le premier en 2008, complètement par hasard, dans un vide-grenier. « C’était un 45 tours de Gérard Lenorman, « Vive Les Vacances ». Je n’aime pas Lenorman mais je trouvais ce disque bleu tellement joli que je l’ai acheté ! ». Puis l’idée d’écrire un sujet lui est venue suite à la découverte d’une page, dans un numéro de Télé Junior de 1979, intitulée « Les Disques En Couleur. Comment Sont-Ils Fabriqués ? » C’était dans la rubrique de Claude Pierrard qui s’appelait « Réponse À Tout ». Un papier riche en informations où il était expliqué notamment la différence de qualité sonore entre un disque noir et un disque couleur.

Pour connaître l’histoire de la naissance des premiers vinyles, nous vous invitons à télécharger sur starwaxmag.com le n°29 (hiver 2013-2014) et de lire le papier « Les 70 Ans Du Vinyle ». Ou encore l’article « Du Gramophone Au 33 Tours » dans le Star Wax n°9 (hiver 2008-2009). Maintenant attardons-nous sur ces fameux disques de couleur.

702-vinyles-insolites

Vinyle de couleur
Au départ, la matière utilisée pour la fabrication des disques, le polychlorure de vinyle ou PVC (produit plastique dérivé du pétrole), est incolore et il faut lui ajouter beaucoup de colorant pour obtenir une pâte noire. Malgré un traitement complémentaire donc un coût supplémentaire, nous ne saurons pas pourquoi les disques translucides, avec du PVC brut, coutent plus cher à fabriquer que ceux en noir. Et pourquoi les premiers vinyles colorés sont apparus au début des années 70, plus de trente ans après les premiers disques à base de vinylite. Pour les disques rouges, bleus, verts… il faut moins de colorants. Ce qui est surprenant c’est qu’en théorie la qualité sonore des vinyles de couleur est meilleure que celle éditée en noir. Mais le noir est resté majoritaire pour la production, il permet de mieux repérer les plages musicales à la surface du disque.

En général les disques de couleur sont précédés par un pressage standard en vinyle noir. Ce qui est nettement moins le cas de nos jours. A la fin des années 70, le vinyle coloré était également un outil marketing. Par exemple, en 1979, Coca-Cola faisait gagner six différents 7- inch de couleurs, de pochettes et de thèmes différents (Photo ci-dessous). Nathalie a aussi trouvé un 7- inch blanc de 1983 avec la musique de la pub pour les déodorants Sintony. (Ça doit sentir bon !) Tout aussi surprenant ce sont les artistes ou labels qui éditaient le même album en plusieurs pressages de couleurs différentes. Exemple « Animals » de Pink Floyd. Aujourd’hui, notamment à cause de la dématérialisation, les artistes souhaitent encore plus créer des objets insolites en produisant un disque. Donc il est plus fréquent de tomber sur des vinyles de couleur.

702-pub1979

Le picture-disc
Même si il n’existe pas réellement de nom en français, il y a différentes appellations : picture-disque, pic-disc, disque-image, photo-disque. Ils sont certainement plus rares à cause de leur coût plus élevé et d’un souffle qui n’est pas vraiment dérangeant mais qui altère la qualité sonore à cause de deux feuilles fixées de chaque côté du vinylite. Cependant il faut savoir que Résinoplast, à Reims, en corrélation avec des presseurs, tente de mettre au point un procédé qui permettra de produire des disques illustrés conservant une qualité sonore optimale. De plus l’entreprise souhaite prendre de l’avance en créant un vinyle dit « vert » dont les composants en calcium-zinc n’ont pas la nocivité du plomb ou de l’étain, des métaux encore utilisés par certains industriels. Quid de Mcommusique, en Breatgne, qui a dernièrement pressé les premiers tests de disques composés en partis avec des algues. Mais attardons nous sur le procédé de fabrication qui est simple. Cependant il faut une presse spéciale dédiée uniquement au picture-disc. (Ci-dessus une presse « abandonnée » dans les locaux de Phonopress, malheureusement elle est trop vieille et ne correspond plus aux normes exigées, du moins en Italie). Le procédé de fabrication est le suivant : de chaque côté de la presse une feuille, puis une seconde avec l’illustration sur un papier au format du vinyle sont superposées et ensuite compactées avec une boule de vinylite noir au centre. Et vous avez un magnifique picture-disc. Il est également possible de faire des pictures disc translucides.

702-press-picturedisc
Ensuite il sont, en général, commercialisés dans une pochette plastique transparente. Il existe aussi des pochettes en carton avec une grande ouverture ronde d’un côté, ce qui est assez rare mais ça existe encore. Au début, pendant les années 70 et 80, c’étaient souvent les grosses vedettes qui apposaient leurs photos sur l’ensemble du vinyle, souvent en édition limitée, destinée aux collectionneurs et aux fans. De nombreuses bandes originales de film ont également été pressées en picture-disc. Depuis deux décennies Il est de moins en moins rare de voir des picture-discs avec des dessins. Le design a pris le dessus sur certaines sorties mais ce n’est pas toujours de très bon goût visuel. C’est même votre magazine préféré qui a lancé, avec la marque Posca, le premier concours au monde vous permettant de voir votre œuvre sur tout le disque (infos ici). Même de nos jours il est assez peu commun de trouver des 7 ou 10 – inch en picture-discs. Autre exemple insolite, à l’occasion du Disquaire Day en 2014 et des 30 ans du film « Ghostbusters », la maison de disque concernée a réédité un vinyle phosphorescent avec un dessin, à 5000 exemplaires tout de même. Afin d’illustrer ces propos nous avons fait une sélection de ceux que nous avons diggés.

702-vinyles-insolites-02

Les disques aux formes insolites
Appelé simplement en anglais « shape vinyle » qui signifie « vinyle de forme », ce type de vinyle est encore plus coûteux à dupliquer et donc encore plus rare. Également apparus lors des années 70, ces vinyles ont une forme particulière, autre que circulaire. Évidemment comme une partie du vinyle est découpée selon la forme, l’espace pour graver les sillons est plus ou moins court. Il existe donc des disques colorés ou picture-discs aux formes toutes aussi inattendues. Toujours dans la rareté, des labels ont sorti des disques, comme cet album de Cypress Hill où la dernière face du second vinyle est sans sillon et accueille un visuel gravé au laser. Cependant, avec certains réglages, la gravure au laser peut être réalisée également sur le sillon du disque, sans affecter les rainures. Nous aurions aussi pu nous attarder sur les pochettes avec des découpes particulières, ou encore sur les disques pressés dans d’autres matériaux, en chocolat, en bois, en glace, en verre… sur lesquels des sillons ont également été gravés.

En conclusion ce sont autant d’objets magnifiques prouvant, si besoin est, que le vinyle est le support indétrônable pour enregistrer la musique. Il n’existe pas d’argus officiel pour ces disques particuliers. La cote pouvant rapidement varier. Mais le site discogs.com reste la référence pour repérer nombres de revendeurs de vinyles. Si vous souhaitez vous en mettre encore plein les mirettes, visitez coloredvinylrecords.com un blog participatif en anglais qui répertorie plus de 1500 vinyles colorés, picture-discs et autres disques insolites.

Par Nathalie Rabier & Juan Marcos Aubert