Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

THE VASELINES / <br/> V FOR VASELINES

THE VASELINES /
V FOR VASELINES

labelRosary Music

THE VASELINES /
V FOR VASELINES

album

Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de The Vaselines mais il y a fort à parier , même si vous ne vous intéressez au rock que de loin , que vous ayez déjà entendu un de leur morceaux, Kurt Cobain, leur plus célèbre admirateur, ayant parsemé la discographie de Nirvana de reprises de quelques uns d’entres eux (« Jesus doesn’t want me for a sunbeam » sur le live unplugged à New-York ou « Molly’s Lips » et « Son of a Gun » sur la compilation de singles et b sides « Insesticides »). Duo écossais aux textes volontiers graveleux formé au milieu des années 80 en pleine vague twee pop (leur premier album, « Dum-Dum » est sorti sur 53d & 3rd, label de Stephen Pastel), The Vaselines est composé d’Eugene Kelly et Frances McKee, ancien couple à la ville réuni sur scène depuis 2010. Aussi doués mélodiquement que leurs congénères (Orange Juice ou The Pastels, donc) mais bien plus influencés par le rock US, notamment le Velvet Underground, ils sont le trait d’union idéal entre scènes lo-fi des deux rives de l’atlantique, entre pré shoegaze période C86 et déferlante grunge naissante (Sub Pop leur consacrera d’ailleurs une compilation, « The Way of the Vaselines », en 1992 ). Sorti il y a quatre ans, « Sex With an X » marquait leur retour discographique. « V for Vaselines », leur troisième album en 25 ans vient, en cette fin d’année, compléter à merveille une discographie inversement proportionnelle au culte qui leur est voué. En dix titres et avec l’aide de musiciens locaux, dont Stevie Jackson de Belle & Sebastian et Frank Macdonald de Teenage Fanclub, The Vaselines met tout simplement à l’amende tous les petits poseurs du rock indé actuel à coup de mélodies imparables. Un album disponible au choix en édition limitée vinyle rouge avec Cd bonus exclusif et un poster signé et numéroté ou en cassette. Que dire de plus ? Ils seront en concert à Lille et à Paris (à la Maroquinerie) les 17 et 18 novembre prochain. Il est fortement conseillé de s’y rendre.

Par Julien Vuillet.