Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

THOM YORKE /<br/>  TOMORROW’S MODERN BOXES

THOM YORKE /
TOMORROW’S MODERN BOXES

labelLandgrab

THOM YORKE /
TOMORROW’S MODERN BOXES

album

Arrivé un peu sans crier gare, « Tomorrow’s Modern Boxes » est le tout dernier long format de Thom Yorke en solo, après le projet Atoms For Peace bidouillé par le génial ingé son Nigel Godrich. Ce dernier est aussi de l’aventure sur cet album (comme pour chaque sortie de Radiohead ou de Thom) et cela s’entend dès les premières mesures. A l’instar de « The Eraser » ma première réaction est que le bonhomme, figure de prou charismatique de Radiohead, a bel et bien plongé dans les mystères de la musique électronique un chouia barrée. De mémoire, à la sortie de « Kid A » en 2000 pour Radiohead, Thom Yorke expliquait la résonance électronique de l’album par l’inspiration qu’il prend auprès des artistes du label Warp. En 2014, Thom ne cache plus son amour pour l’electronica, la bass-music ou IDM, d’ailleurs lorsqu’il n’est pas entrain de mixer en tant que Dj ces sons là en tant que Dj, il pose sa voix pour Burial, Björk, Four Tet ou encore Modeselektor. « Tomorrow’s… » est superbement produit, la voix de Thom, si particulière, entre tiraillement et complainte, semble couler de source pour ce mariage digital et organique. Si vous aviez accroché comme un damné sur « Harrowdown Hill » sur le précédent « The Eraser » alors les morceaux « A Brain In A Bottle » et surtout « Truth Ray » ou « Nose Grows Some » vont vous retourner. A noter aussi le titre « There Is No Ice (For My Drink) », qui réhaussé d’un kick 4×4, nappé de claviers obsédants et un final désaccordé, montre que la frontière entre IDM et techno est parfois mince. L’album est sorti sur le propre label de Thom à savoir Landgrab, et non XL. Seul bémol, ce vinyle blanc est en pressage ultra limité… Donc attendez vous à des prix « stratosphériques ».

Par Dj Barney from Vernon