Starwax magazine

starwax magazine

archivesnovembre-2014

STROMAE /<br/>  UN MAESTRO ON TOUR

STROMAE /
UN MAESTRO ON TOUR

Posté le

L’époque où Stromae travaillait dans un fast food pour financer sa musique semble déjà loin tant le jeune homme enchaine les succès. En effet Paul Van Haver, de son vrai nom, fait le bonheur de grand nombre de professionnels du métier du spectacle. Lorsqu’il ne produit pas un beat pour Kery James c’est sa maison de disques, les programmateurs de festival ou de concert qui se frottent les mains à la lecture des résultats financiers on ne peut plus positifs. Son ascension méritée est bien sûr due à son travail, sa sensibilité et sa capacité à fusionner le rap, le chant et les musiques électroniques avec en sus une touche rétro. Certains le comparent même à Brel. Tel un maestro, aussi agile derrière ses synthétiseurs pour composer un morceau que lorsqu’il use de sa plume acerbe. Il séduit un public large, des jeunes enfants qui chantonnent les paroles de papaoutai dès qu’ils commencent à parler aux séniors toujours friands de chansons françaises. Certes sa jeune expérience ne lui permet pas encore d’avoir la stature d’un géant de l’industrie du disque mais avec seulement deux albums à son actif et plusieurs singles vendus par millions, il a tout pour marquer les mémoires et ce pour longtemps. Du haut de ses longues jambes il contemple, ingurgite et retranscrit avec sincérité un message simple et fédérateur destiné à un public métissé en mal de bien être et de repères. A l’heure où il semble parti pour conquérir d’autres continents il cumule, rien que pour le mois de novembre, cinq dates au Palais Omnisports de Paris-Bercy, puis le MusikHall de Rennes. Et si vous voulez en être dépêchez-vous de réserver, places pour les concerts ici, puisqu’il reste peu de places. Pour ceux qui n’aurons pas cette chance vous pouvez vous consoler en (re)visonnant le reportage réalisé par l’équipe de Complément d’enquête qui lui est dédié ou encore son concert du 9 juin dernier au Pinkpop festival ci-dessous.

Par Invisibl journalist