Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

RAZ OHARA / MOKSHA

RAZ OHARA / MOKSHA

labelALB / Shitkatapult

RAZ OHARA / MOKSHA

albumMoksha

7 tracks, 7 impressions : au cordeau, élégant, captivant, profond, dub bruitiste, riche, à suivre.

L’atmosphère de cet abstract est inquiétante, comme si le compositeur de musique était narrateur, comme s’il campait une scène, un décor brumeux et urbain. En tout cas, on est bien dans un cadre musical industriel, la rythmique y est mécanique, métallique. Les machines que l’on peut entendre sont soudainement surpassées par l’homme : une très belle voix interpelle et prend le dessus, on ne s’y attend pas dans les compos ambient. Ici, elle allège et équilibre par sa clarté, ce lyrisme donne à l’ensemble de ce très bel album un sentiment d’espoir finalement! Le courant, le fil conducteur de ce dub-abstract /// two-step livre un bon moment d’écoute tout en concentration : pas de lecture alléatoire s’il-vous-plaît !!! Les titres s’enchaînent, la fin de l’un nous frustre, l’intro du suivant nous délecte. A chaque track, on plonge, on se laisse embarquer, on est capté par pleins de motifs superposés qui donnent généreusement une composition parfois électrique, on est léger, on s’élève. Des percussions discrètes, des cuivres timides, des notes de piano aussi… Normal. Raz OHARA s’est d’abord illustré par le jazz, avec un album plutôt easy-listening. Puis, il a chanté aux côtés de Gonzales (évidemment au piano) dans un quartet. Puis il approche la musique synthétique en composant avec Alexander Kowalski. Leurs tracks enivreront de nombreux chanceux qui fréquentent ce qui deviendra le Berghain à Berlin, une révélation pour Raz OHARA, artiste déjà suivi, artiste à suivre.(Ambidextre)