Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

THE MYSTERY LIGHTS / THE MYSTERY LIGHTS

THE MYSTERY LIGHTS / THE MYSTERY LIGHTS

labelDaptone Records

THE MYSTERY LIGHTS / THE MYSTERY LIGHTS

album

Le label Daptone s’est imposé en tant qu’incroyable gold digger durant ces dix dernières années. Difficile de ne pas apprécier Charles Bradley, sa musique, son groove mais surtout lui, en tant qu’être humain : love and be loved, un mojo à la Marley, le combat d’une vie. Daptone Records a porté ces voix à bout de bras, sans faillir. Au cœur de ces combats amoureux, le label a décidé de redoubler de force en ouvrant une division rock, Wick Records. Et comme d’habitude, c’est fort, très fort.

Amateur de soul, le label a fait éclore des groupes comme Sharon Jones And The Dap-Kings, Saun And Starr, Naomi Shelton And The Gospel Queens permettant ainsi aux générations 80 et 90 de revivre les années 50. C’est au tour de ceux qui usent de guitares saturées et de pédales d’effets de se faire prêter main forte. Alors qu’il était risqué de s’aventurer à devenir acteur de la grande histoire du rock il y a 50 ans, à cause notamment des managers et des groupes se faisant violence, de la drogue, du machisme, des groupies, de la presse… aujourd’hui le danger réside dans l’originalité, dans l’affirmation identitaire. D’un univers défoncé à la musique fantastique, nous sommes passés à un monde édulcoré, où il faut faire original pour ne pas se faire taper sur les doigts par Philippe Manoeuvre. Pourtant, niveau groupes de rock, il y a de quoi faire. The Mystery Lights s’affiche comme le premier groupe du label Wick et même si on pourrait les accuser d’être une énième copie d’un groupe 60’s, c’est plutôt bien fait. Les vieux ont eu le droit aux originaux, les jeunes peuvent bien se taper le revival. Et je ne suis pas sûre que ces petits jeunes soient plus illégitimes que les reformations de groupes qui auraient dû s’arrêter à leur deuxième album. Le morceau extrait de leur premier album qui sortira le 24 Juin s’appelle « Follow Me Home ». Ça ressemble un peu aux Yardbirds dans le riff, à Barry Tashian dans le chant et au son des Stooges mais vous avez le droit d’apprécier la musique de vos parents faite par des gens de votre âge. Bref, quoi qu’on en dise, ça fait du bien.

Album disponible le 24 Juin / The Mystery Lights sera en concert à Paris le 7 Juin, à la Mécanique Ondulatoire.



Par Mona Gautier