Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

GENERAL STEELE & ES-K / BUILDING BRIDGES

GENERAL STEELE & ES-K / BUILDING BRIDGES

labelDuckdown

GENERAL STEELE & ES-K / BUILDING BRIDGES

album

Même si certains Mc’s sont un peu bedonnants, pour reprendre un commentaire lu sur le web il y a quelques jours, De La Soul faisait et continue de faire rêver le public parisien. Le lien est évident entre De La Soul et General Steele puisqu’ils sont de Nyc. Et c’est Joe Buck, à la base de l’artwork de la pochette de « De La Soul is Dead » en 1991, qui réalise aussi le visuel de « Building Bridges ». Même si Cocoa Brovaz (ex Smif-N-Wessun) est moins connu du grand public, le duo composé de Tek et Steele a un parcours remarquable. Partie intégrante du collectif de rap new yorkais Boot Camp Clik, il n’a de cesse de marquer les esprits des fans de « real » hip-hop. Depuis 2010 la discographie de Steele, désormais appelé General Steele, est peu florissante. En revanche en solo mais toujours bien accompagné, il prouve avec « Building Bridges » qu’il mérite l’appellation de général.
Outre les nombreux Mc’s, General Steele a repéré un beatmaker redoutable. Es-K (Essential Knowledge), avec seulement deux albums au compteur, est capable de proposer des productions jazzy façon « golden years » avec une touche plus actuelle. La diversité et le placement des samples collent à merveille aux beats et surtout aux vocaux. L’alchimie fonctionne le temps des douze titres mid-tempo. Aucun d’entre eux n’est à jeter. Une fois de plus les anciens prouvent qu’il faut encore compter avec eux. Parmi la longue liste des invités il y aussi un instrumentiste, Max Bronstein-Paritz à la guitare sur « Persistence » (clippé ci-dessous). Le piano est l’instrument le plus redondant. Le scratch est aussi fréquemment utilisé. Nous le devons au légendaire Grazzhoppa, un Dj européen connu pour son Grazzhoppa big band. C’est la formule de « Unforgettable », un titre posthume rendant hommage au regretté Sean Price. Steele invite un autre général, Buckshot (toujours du Boot Camp) à partager la rime sur « Juste Live ». Accompagné d’une trompette (Donald Byrd ?) et d’un beat less, c’est sublime. « Empire State », clôturé par Smoothe Da Hustler, ravira également les nostalgiques. VVS Verbal, un autre proche de Steele, apparaît sur sept titres. À noter que Ruste Juxx, Napoleon Da Legend, Shabaam Sahdeeq, Rockness Monsta, Shadow The Great, Stage One, Boone Bixby, Coke & Mar’rz Atomz, Supreme The Eloheem, pour les évoquer tous, sont également présents. Seulement éditée à 500 exemplaires vinyle, je pense que cette « tuerie » va passer presque inaperçue. Sauf chez ceux qui savent. Maintenant tu sais ! Certifié bien fat avec Star Wax.




Par Dj Coshmar