Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

BARON RETIF & CONCEPCION PEREZ / L’INDIEN

BARON RETIF & CONCEPCION PEREZ / L’INDIEN

labelHeavenly Sweetness

BARON RETIF & CONCEPCION PEREZ / L’INDIEN

album



Après trois disques chez Musique Large, Baron Rétif & Concepcion Perez, duo de Djs et producteurs parisiens, sortent ce mini Lp chez Heavenly Sweetness, maison habituellement réputée pour ses artistes soul/funk (Anthony Joseph, Blundetto). Héros laid-back du groove au ralenti, les deux producteurs ont concocté six titres taillés pour le farniente et l’écoute horizontale. »Blind Lemon », le morceau introductif évoque un Mr Oizo qui ferait la sieste dans un hamac en sifflotant plutôt que de se bastonner avec sa boîte à rythme. Les beats sont approximatifs dans le bon sens du terme : ne se contentant pas de tourner en boucle frénétiquement ils créent un groove par le vide. Une formule qui marque l’ensemble d’un disque qui semble avoir été entièrement enregistré sous codéine. « Where’s my soul », feat Vimbaï Mukarati, mini hit reggae, est peut-être le titre le plus « normal » des six du fait d’une intervention vocale extérieure (ce que confirme la version instrumentale clôturant le disque). « L’indien » confirme l’obsession du duo pour la langueur et rappelle les bricolages de Tommy Guerrero. « Jean Noël 41″ enfonce le clou : en plus d’être doués de talents naturels de ralentisseurs de groove, Baron Rétif & Concepcion Perez peuvent aussi se transformer en mélodistes de haut niveau. « Oranges », enfin, tord les beats dans tous les sens pendant dix minutes à la manière d’un Sa-Ra Creative ou d’un Brainfeeder en mode lo-fi et minimaliste, non loin du meilleur de la production de leur ancien compagnon de label, Débruit. D’après le communiqué de presse « L’Indien écoute de tout, de Herbie Hancock à Mndsgn, de Mount Kimbie à Yussef Lateef, des Maytals à Madlib, de Gainsbourg à Thee Oh Sees, de Ahmad Jamal à Kutmah, de Larry Heard à Al Green… ». L’indien doit avoir en tout cas un sacré problème de pitch sur sa platine. (J.V.)