Starwax magazine

starwax magazine

archivesmars-2018

BEAT MOVEMENT / INTERVIEW & EXCLUSIVE SWM44 PODCAST

BEAT MOVEMENT / INTERVIEW & EXCLUSIVE SWM44 PODCAST

Posté le

Mattia Prete et Simone Scardino sont deux amis originaires de Lecce, une petite ville de la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. Passionnés de musique électronique et de belles teufs, ils lancent, en 2010, Beat Movement. Entrepreneur dans l’âme, le duo crée son propre label : DLBM. Entre deux travaux, cette formation répond à nos questions. Et nous concocte un mix d’une heure 100% techno !


Pouvez-vous présenter Beat Movement ?
Nous sommes basés à Lecce, une petite ville italienne de la région des Pouilles, dans le sud de l’Italie. Beat Movement a été créé en 2010 et a d’abord été composé par des potes qui souhaitaient promouvoir la musique électronique sur le territoire, en organisant des événements. Malheureusement, c’est le genre de musique qui n’est pas simple à suivre et à diffuser. Il faut beaucoup s’investir et cela demande énormément d’énergie. La plupart des personnes qui collaboraient avec nous n’ont pas réussi à suivre le rythme et ont tout simplement décidé d’abandonner. Depuis le début, Beat Movement est un projet qui nous tient à cœur. Nous n’avons pas lâché le morceau et nous avons continué l’aventure à deux. On s’est mis à jouer en B2B et à produire ensemble. C’est en 2013 qu’on est monté à Rome afin de continuer l’aventure.

Comment êtes-vous passés de Djs à producteurs ?
Mattia : La première fois que j’ai vu un Dj set, c’était lors d’une soirée privée et j’étais super jeune. De voir mes potes danser et de les voir kiffer, c’était cool. C’est là que j’ai décidé de devenir Dj, d’amuser les gens, de les faire ressentir des émotions et les emmener à travers la musique. C’est un truc qui m’a toujours attiré. Et ça fait dix ans que je mixe.

Simone : J’avais douze ans et au mariage de mon oncle, un jeune Dj sélectionnait de la musique. Je me souviens très bien qu’il avait une belle sélection en cassettes et non en vinyles… J’étais fasciné par ce mec. Il m’a demandé d’aller à la console pendant une minute et m’a expliqué ce que je devais faire… Il devait s’absenter pour se rafraîchir aux toilettes !

Et votre label, DLBM ?
DLBM a été créé il y a deux ans par Beat Movement et D-Leria. Le nom est un condensé de nos initiales. Le label a été créé pour sortir de la funky-techno des années 90 taillée pour le dancefloor. Nous avons édité trois vinyles : deux split Eps et un Various Artists avec nos amis Endlec et Umwelt.

Quelles sont vos sources d’inspiration ?
Mattia : Découvrir de nouveaux endroits, de nouveaux sons et de nouvelles personnes m’aident à créer et à rester actif ! La monotonie me tue… J’aime la nouveauté.

Simone : Je m’inspire de tout ce qui m’entoure et que je pense être de l’art. Je suis hyperactif. Pour être honnête mon cerveau ne s’arrête jamais. Je pourrais créer tous les jours, même si ce n’est pas forcément la condition pour faire du bon boulot… Sinon j’aime beaucoup la photographie.

Où est situé votre studio et quelles sont les machines que vous utilisez ?
Notre studio est situé à Marzahn, un quartier de Berlin, où nous vivons maintenant. Le matériel que nous utilisons est composé du synthétiseur Elektron Analog Four, du système Sherman Filterbank et d’une table de mixage Soundcraft EPM12 reliée au séquenceur Ableton Live.

Concernant la vie nocturne en Italie, quels sont les crews et soirées à connaître ?
Le Knick Knack Crew à Lecce, le Sound Department à Tarente, le Mutate à Naples, l’Amigdala à Rome, le Ribbon à Terracina, le Timeshift à Bologne, le Macao à Milan, le Bunker à Padoue. Et il y a pas mal de soirées à Turin que nous apprécions.

Quels sont les derniers vinyles que vous avez diggés ?
Récemment, on s’est procuré « Lost Recordings #1 – Why? + For Whom? » de Steve Bicknell, « There Are Better Ways » de Chris McCormack, « Krekc » de Speedy J et « Volume 1 » de Beast Tamer. On achète principalement les vinyles sur Discogs, mais le Space Hall dans le quartier de Kreuzberg à Berlin reste notre endroit favori pour écouter de la bonne musique et parler avec nos potes.

Vos labels favoris ?
Mattia : Je respecte beaucoup de labels, mais la musique produite par XL Recordings, Warp et Secretly Canadian est juste top !

Simone : Tresor, Axis, L.I.E.S., Rave or Die, Semantica et Warm Up.

Quels sont les privilèges que vous avez en tant que Djs / producteurs ?
Nous n’en n’avons pas vraiment ! Produire de la musique est pour nous une forme de responsabilité. Les gens peuvent être inspirés et influencés par ce que nous créons et jouons. Notre but est tout simplement de transmettre une belle énergie. Le partage est le réel privilège dont nous disposons. Nous avons la chance de partager ce que nous faisons, ce que nous sommes.

Par Sabrina Bouzidi

702-swm44-02 TRACK LIST
Hyph11e « Black Pepper » (Tzusing Remix)
CnC « Canto XXXI »
Inigo Kennedy « Spaghettification » (Version 1)
CNC « Canto XI »
C Mantle « Furies »
Ducerey Ada Nexino « Levitation #94 » (Original Mix)
Mike Parker & Donato Dozzy « Stegosauria »
Retina.it & Plaster
Max Durante « EX-P07 »
Lunatik « Nodi »
Regis « Party Spoiler Too »
Beat Movement « Mess » (out soon)
Beat Movement « Run Rabbit » (out soon)
Surgeon « Credence »
Richie Hawtin « 005 »
Mike Parker « Shakuhachi Two » (Remastered)
Joe Cocherell « Commerce Above All Else »
Max Durante « EX-P01 »
Beat Movement « Lago di Magma » (out soon)

Partager :