Starwax magazine

starwax magazine

archivesoctobre-2015

INTERVIEW SUMERZ

INTERVIEW SUMERZ

Posté le

C’est dans quelques semaines que nous pourrons découvrir le Ep M.I.L.Y. Premier projet d’un duo mêlant les scratches d’un Dj aux multiples trophées et d’un producteur performant sur scène avec sa technique du Finger Drumming. Star Wax est allé à la rencontre de Skillz et KTDR1 qui forment Sumerz.



SKILLZ

Pour commencer, est ce que tu peux nous parler un peu de toi…
À la base je viens du skate, j’étais à fond dans les compétitions. Le scratch m’a toujours intéressé depuis que je suis gosse et je m’y suis mis sérieusement il y a une dizaine d’années, en écartant de plus en plus le skate. J’ai commencé les compétitions de scratch en 2007 à Nantes, depuis j’ai remporté pas mal de trophées comme le TKO en 2010 et 2014, la Beat for Battle en 2010, la Prolofik Battle en 2011, les DMC France en 2011 et 2012 (video ci-dessous), l’IDA en 2011 et 2013 ou encore Vice champion du monde IDA en 2011. Les championnats m’ont fait beaucoup avancer dans mon style de musique, je suis passé du hip hop à des sonorités plus électro, mêlant dans mes routines des sons trap, glitch hop ou encore dubstep. Il y a quelques années, des potes Djs de la côte ont monté un crew, la Dirty South Family, dans lequel ils m’ont invité à rentrer. Ils ont récemment organisé une DSF party pour fêter les trois ans du crew. Du fait de mes titres et des nombreuses soirées où je joue, j’ai la chance d’être sponsorisé depuis 2010 par les marques Pullin, Nixon et Space Monkey depuis 2012. J’en profite aussi pour remercier les Djs qui m’ont permis d’évoluer dans cet art, je pense notamment à LigOne, Getback, Netik, Vega



Tu viens donc de finir, le quatre octobre, 4eme aux championnats du monde DMC. Peux-tu nous parler de ta préparation, de ton mode de travail ?
C’est toujours la même façon de bosser, t’as une idée très basique avec une prod que tu kiffes et que tu fais évoluer. J’aime bien bosser un bout de routine et la laisser mijoter plusieurs mois. Que ce soit la composition ou la construction, je fais évoluer ça tout le temps, il arrive même que je reparte finalement à zéro quand la composition ou les sonorités ne me plaisent plus.

Dernièrement, tu es parti bosser tes phases et enchaînements avec le producteur Le Jad, est-ce que tu peux nous parler de cette rencontre ?
Avec le Jad, ça s’est fait petit à petit… On se parlait de temps en temps, il me donnait des conseils, des idées. En 2012, je lui ai demandé de bosser sur ma routine, je lui ai envoyé ce que j’avais travaillé depuis quelques mois, il m’a dit ce qui lui plaisait ou non, mais ça a été de la dernière minute, on a même modifié des plans deux jours avant de bouger aux championnats du monde !! C’est quelqu’un de très pointu, il te pousse à faire toujours mieux. Il a bossé avec la plupart des Djs français qui préparaient les DMC et il sait aussi ce qu’attend le jury dans ce genre de compétitions.

Tu as sorti récemment un mix « Castle Tape » pour le Label Château Bruyant, comment es-tu rentré dans le label et comment est née cette idée ?
J’ai rencontré les Tambour Battant en 2008 par le biais de Dj Yash avec qui je faisais des compétitions. On est devenu rapidement potes, ils me donnaient des prod à eux avec lesquelles je faisais des routines. Au fur et à mesure ils m’ont proposé de rentrer dans le label où j’ai pu faire la connaissance de Habstrackt, Mc2, The Unik, etc. En ce qui concerne la « Castle Tape », ça s’est fait assez naturellement, je leur avais proposé depuis un moment de leur faire une mixtape pour le label. Château Bruyant prévoyait de sortie leur tape « Future Castle » et ils m’ont demandé de faire cette mixtape qui sortirait avant, tout en ayant l’exclusivité des titres de la compilation.


KTDR1

D’où t’es venu ce nom KTDR1 ?
Alors KTDR1, ça vient de Kotedurone, parce que je suis originaire d’Avignon, la capitale du Côtes du Rhône (rires) !!

Est ce que tu peux nous parler de ton parcours depuis 2012 ?
J’avais déjà sorti un projet techno house en 2012, un album qui s’appelle « Silicon » sur le label Thaf Records qu’on peut retrouver sur le site Beatport. Un album remix est sorti par la suite, avec des remixes de Douchka, Spankbass, Kaysh et bien d’autres… Pendant ce temps je me suis formé en mastering et j’ai créé en 2014 mon studio D-Fuze Mastering. Depuis je me suis lancé dans la bass music avec mon premier EP sous KTDR1: « Mala Leche » sorti fin 2014, ci-dessous, sur le label Chateau Bruyant. Le nouveau « Be my guest » est sorti début juillet sur le même label. En parallèle j’ai sorti des vidéos de finger drumming chaque mois sur You Tube. J’ai reçu le support de nombreux artistes comme Dj Craze, Buygore, Munchi, J-Rabbit, Slow Roast ou encore Valentini Khan et Destroid qui ont même uploadé une de mes vidéos sur leur page Facebook. J’ai aussi décroché le sponsor de Sixpack France, une des marques que j’ai vu naître à Avignon et que je porte depuis 1998.


En parlant de mastering, tu as beaucoup travaillé avec Adrien Sauvaget aka The Unik, l’ingénieur son de Chateau Bruyant. Maintenant tu as signé chez eux… Comment tout cela s’est déroulé ?
Je l’ai rencontré il y a six ans, avant même de connaître le label. J’allais faire mes masterings chez lui au studio XPand Sound Mastering, Il venait de sortir son premier EP « Gazoline ». On a très vite sympathisé et en 2013 il m’a fait une formation accélérée. J’ai investi par la suite dans du matériel studio dont le Chandler Limited de Abbey Road Studio. Grâce à lui ma production est passée au niveau supérieur, c’est un peu mon grand frère adoptif (rires). J’ai signé sur le label après avoir sorti mon Ep « Mala Leche ». Je n’y suis pas rentré par piston ou sympathie mais parce que l’équipe avait apprécié mes tracks. Cela s’est reproduit lors de la sortie du deuxième Ep en juillet dernier.


On parlait un peu avant de tes vidéos sur You Tube, la dernière (ci-dessus) est un remix de MC2 avec le Dj / scratcheur toulousain Mendosam, ça fait longtemps que tu voulais incorporer du scratch dans ton live ?
J’ai commencé le scratch en m’achetant mes premières MK2 à 16 ans. J’ai pratiqué pendant pas mal d’années jusqu’à ce que je me mette à la production, qui me prend un temps fou. J’ai toujours voulu l’insérer dans mon live, même si je devais ajouter une platine pour scratcher en live. On avait fait une première vidéo avec Mendosam en début d’année, j’ai voulu continuer ce projet mêlant machines et scratch.

702-sumerz-1-ok
SUMERZ

Comment vous êtes-vous rencontrés ? Comment a germé l’idée de faire un Ep ensemble ?
SKILLZ: Il été à la caisse du Mc Do en train de chialer car il n’y avait plus de double cheese bacon (rires) !!!

KTDR1: (rires) J’ai toujours vu Skillz chez Château Bruyant, mon pote Mendosam me l’avait présenté sur Toulouse, ils devaient bosser des projets ensemble. Par la suite c’est Frédéric Garcia aka Niveau Zero (interview ici), un des boss du label qui trouvait ça intéressant que l’on fasse quelque chose ensemble. On s’est vu deux jours en juillet, on a sorti une vidéo et le projet était parti.

Comment avez-vous réalisé cet Ep, quel a été votre but ?
SKILLZ: On a produit deux titres pour cet Ep. Le but était de créer des tracks qui fassent danser, accessibles à tous, plutôt grand public et de mélanger tous les styles qu’on aime. Il y a un titre assez club et un autre qui est plutôt future beat, un titre plus personnel. On était à distance pour le réaliser, lui à Toulouse, moi à Biarritz. On a commencé par des petites mélodies en se les envoyant et en les faisant évoluer couche par couche chacun de notre côté. On s’est ensuite retrouvé fin août pour travailler le live. L’Ep devrait sortir cet automne et très certainement sur le label Château Bruyant.

En parlant de live, on pourra bientôt vous voir sur scène, est ce que vous pouvez nous parler de ce qu’on pourra y retrouver ?
KTDR1: Il va y avoir pas mal de choses, des combinaisons 100% live (sans loops ni fonds sonores) avec des phases de basse, batterie à la machine et Skillz qui enverra des phases en scratch de guitare, batterie ou encore certaines phases drumming de ses routines des DMC. Il y aura pas mal de remixes, de Tambour Battant, de Flume, d’Oliver et d’autres, ça va partir dans tous les sens (rires). On a d’ailleurs deux dates prévues, le 16 octobre à l’Atabal (Biarritz) et le 31 octobre à The Underground (Rouen).

Est ce qu’on peut s’attendre à une suite ?
SKILLZ: On attend que les premières dates passent pour se rendre compte de ce que ça donne sur scène, mais on réfléchit déjà à un nouvel Ep, prévu pour février 2016…

Par E-Kyoz / Photo par Florian Barthelemy