Starwax magazine

starwax magazine

newsseptembre-2018

SAMPLE MUSIC FESTIVAL 2018 / REPORTING

SAMPLE MUSIC FESTIVAL 2018 / REPORTING

Posté le

Pendant que tu profitais de tes derniers jours de vacances ton journaliste favori s’envolait pour Berlin, à la découverte du Sample Music Festival. Un rendez-vous dédié à la musique électronique et plus particulièrement au sampling, au finger drumming et au scratching. Outre les compétitions, des passionnés du monde entier se réunissent pour jammer, échanger et montrer leurs dernières créations. Porté par Alexis Sonnenfeld cet événement singulier est encore rare. Focus sur la quatrième édition du SMF qui se déroulait le premier week-end de septembre dans le quartier branché de Kreuzberg.


Vendredi 31 août 2018 à Berlin, en début de soirée, tout le monde est invité au Generator Hostels, en réalité un réseau d’auberges de jeunesse. La plupart d’entre nous sommes hébergés ce site, je ne vous raconte pas le folklore… Certains ont pris cher ! Ce n’est pas aux vieux singes que l’on apprend à faire des grimaces, ou plutôt à ronfler… ahahh! Cette première nuit est donc le moment pour prendre ses repères. Après avoir échangé via les réseaux sociaux depuis des mois ou des années, la plupart des convives se rencontrent pour la première fois de visu. La bière coule à flot, alors que la compétition de scratch Clash Of The Titans Allemagne bat son plein. C’est Dj Vaz qui, le lendemain, défendra les couleurs du pays d’accueil. À partir de minuit, dans la cour mitoyenne, une session de freestyle scratch débute sur des PT01 (photo ci-dessus). J’apprends alors, à mon grand regret, que Dj Excess n’est pas là. Il a annulé son show…

Samedi 1er septembre. C’est un grand jour pour le Sample Music Festival. Le temps fort se déroule cette année à Cassiopeia. Les portes s’ouvrent dès 15 heures, l’entrée est gratuite. La compétition de scratch prend une autre envergure puisqu’elle devient internationale. Les meilleurs scratcheurs de douze pays sont en compétition. Sãligo Platiniste, Strasbourgeois d’adoption, ne séduit pas le jury. Idem pour l’Américain multi-titré Dj IQ. Pourtant il y a du niveau ! Finalement c’est l’Irlandais DJackulate qui devient le premier titan international de scratch, face au jeune polonais Dj VaZee (photo ci-dessus). Pendant ce temps, dans l’autre salle, ça jamme entre finger drummers et tablists. Les visiteurs testent Phase, les platines Mixars… La majorité des portablists préfèrent rester dehors. Il faut dire qu’il fait bon et qu’il y a des prototypes à essayer… D’autant qu’il y a de la place à l’arrière de Cassiopeia. En effet le site regroupe aussi un mur d’escalade, un mini-skatepark et une immense terrasse pour siroter ou manger une cuisine jamaïcaine ou encore un classique burger-frites. À l’étage, Andreas Samek d’XpressPads (à droite, au micro, en photo ci-dessous), David « Fingers » Haynes et Clockwerk interviennent le temps d’un débat animé par Tim Kroker. Une autre table ronde permet d’ouvrir le débat à propos des femmes dans le Djing et au sein de la production musicale. À ce propos nous demandons à Miss SuperGeil, membre actif de Bruxelles Cuts, son ressenti : « C’est trois jours de folie dans un lieu magique, hors du temps. Dès l’arrivée, on sort les portables (platines PT01 Numark…, Ndlr) et ça scratche autour de bières : c’est l’apéro idéal. Dès 10 heures du matin, je me retrouve à scratcher en pyjama sur des nouveaux disques et à tester du nouveau matos avec des créateurs venus de Russie. Et ça, c’est juste un des moments dingues que j’ai vécu. Concernant les petites frustrations, pendant les championnats de scratching et de finger drumming, nous avons manqué d’infos ou d’un présentateur qui puisse expliquer les règles… Mais je reviendrai certainement l’année prochaine. »

702-smf2018report-02 DJackulate et Dj VaZee, au fond, respectivement Finaliste et second de Clash Of Titan

702-smf2018report-06 DJackulate lors de la finale

702-smf2018report-03 De gauche à droite : Clockwerk, Tim Kroker, David « Fingers » Haynes et Andreas Samek .

702-smf2018report-04 Johnny Crash Live

Un autre moment très attendu est le Finger Drumming Competition (revivez ce contest grâce à la captation vidéo ci-dessous). Les seize producteurs en lice se succèdent. Et un beatmaker français de Tours se distingue à cause de sa machine rose customisée. Les productions de Beatmatazz, aux sonorités digitales, sont puissantes et proposent plus de variations que celles de ses concurrents. Il s’était distingué, à Paris, en remportant le RON contest, l’an passé. Cette fois-ci Beatmatazz démontre son talent et sa détermination face à des beatmakers venus des quatre coins de la planète. S’enchaînent des démonstrations freestyle ou de produits tel que le software Playground… Le line up est dense : difficile d’être partout et de suivre également les workshops, les showcases, la compétition Hip Hop Vinyl Store Berlin… Les belles découvertes sont Johnny Crash Live, un duo de drum machine avec un batteur organique. Le duo féminin, platine et batterie, qui répond au nom de Whattagirlz. Ou bien encore la Nantaise L.Atipik qui, face une salle à moitié remplie, fait une performance entre turntablism et mix. C’est musical et ça fait du bien aux oreilles. Petit à petit, les lives deviennent des Dj sets, l’ambiance clubbing prend le pas et l’entrée devient payante. Certains sont déjà épuisés, d’autres optent pour une dernière session de scratching à l’arrière de l’hôtel ! Spécial big up à Bob (BeatGeeks Berlin) et à Doshy qui mixent des 7 et des 12 inches (photos ci-dessous). J’aime particulièrement ce dernier, qui a pris et retourné un stand d’ordinateurs pour l’utiliser en guise de bac à vinyles… N’est-ce pas là une belle image démontrant la possible cohabitation entre supports digitaux et organiques ? Sinon Hannibal Flynt, notre papy national, fait le taff avec sa sélection clubbing mi-underground, mi-mainstream…

702-smf2018report-05 Finger Drumming Competition winner : Beatmatazz

702-smf2018report-11 L.Atipik

702-smf2018report-07 Doshy

702-smf2018report-08 Le Bob (Beat Geeks Berlin)


702-smf2018report-10 Hannibal Flynt in the mix

Dimanche 2 septembre. Rebelote ! On teste la platine portable 7PS, un prototype réalisé avec brio par Lauris, encore une initiative française. À noter que la gente féminine est valorisée et que les Françaises sont les plus nombreuses. Qui a dit que ça ne bougeait pas au pays des fromages qui puent ? Bref, il y a le choix entre un masterclass, jammer, discuter et ce jusqu’à épuisement.

En conclusion, le Sample Music festival fédère, en seulement quatre éditions, une communauté de tablists et de finger drummers internationaux qui, du Mexique à l’ Europe, souhaite s’amuser tout en partageant sa passion. Et c’est déjà beaucoup ! En revanche cet ambitieux festival est encore jeune et pèche un peu au plan de l’organisation. C’est certainement en allant de l’avant que le SMF gommera ses défauts, trouvera ses présentateurs et son public. Cet événement a toutefois de fortes chances de devenir un modèle du genre. Longue vie à Sample Music Festival et rendez-vous en 2019 !


Par Invisibl Journalist / Photos par Supa Cosh… (sauf photo header par Mg Supergiel)