Starwax magazine

starwax magazine

archivesmars-2020

SÉLECTION JAZZ MARS 2020 / SWING  ET RUMBA DANS L’AIR…

SÉLECTION JAZZ MARS 2020 / SWING ET RUMBA DANS L’AIR…

Posté le

La nouvelle sélection jazz de Star Wax est partagée entre découvertes et hommages. Toku propose ainsi un disque dédié à Paris. Alabaster DePlume signe un opus désarmant chez International Anthem. Duke Ellington se trouve réédité, avec Charlie Mingus et Max Roach, via l’incontournable « Money Jungle ». Et Ray Lema revient avec un album live détonant consacré au rumbero congolais Franco Luambo.


702-sw-playlist-jazz-mars2020

Toku / In Paris (Jazz Eleven)
Reconnu au Japon, Toku arrive en France avec un disque confondant de maturité. Pourtant ne vous fiez pas à l’intitulé : au-delà de son hommage sincère à la Ville Lumière, « Toku In Paris » renvoie surtout aux belles heures de Harlem et du jazz new-yorkais. Dans le sillage d’un Gregory Porter ou d’un Frank Sinatra, période « In The Wee Small Hours », le chanteur et trompettiste captive avec « Love Is Calling You ». Et distille un blues tenace grâce à des compositions aussi prenantes que « After You » ou « I Think I Love You ». Emmené par Giovanni Mirabassi au piano, André Ceccarelli à la batterie et Pierrick Pedron au saxophone alto, son ensemble fait des merveilles avec « I Will Wait For You », d’après Michel Legrand. Et surprend avec « Still In Love With You », une saynète aux savants accents cubains. Fil rouge de cette production singulière (on est parfois proche des toiles désincarnées d’Edward Hopper), la voix de Toku est la révélation incontestable de ce printemps. Un timbre illustré par l’envoûtant « Blue Smoke » et son atmosphère en clair-obscur. Chaudement conseillé.


Alabaster DePlume / To Cy & Lee : Instrumentals Vol.1 (International Anthem)
Prolifique, la vague jazz britannique prolonge l’expérience artistique avec Angus Fairbairn alias Alabaster DePlume. Signé sur le label américain International Anthem, le nouvel album du multi-instrumentiste offre une relecture intéressante de titres de sa composition, parfois écrits durant la première partie de la décennie. Présenté sous forme instrumentale, ce disque vinyle du slameur et performer convoque pas moins de vingt-six musiciens parmi lesquels Danalogue au piano, Kirsty McGee à la flûte ou le créatif Sarathy Korwar à la batterie. Influencé par l’Extrême-Orient (« Song Of The Founding »), par les mélodies lumineuses de la formation rock Traffic (« I Hope ») et par la politique (« What’s Missing » dont la vidéo reprend le bouleversant discours du président chilien Salvador Allende, avant son suicide face aux troupes de Pinochet), cette production faussement paisible se dévoile au fil des écoutes. Inspiré, Alabaster DePlume (photo ci-dessous) développe un univers varié mais cohérent. Il mouche au passage les garants d’une certaine orthodoxie. Et rejoint ici d’autres compagnons de route comme Damon Locks ou l’ex-Tortoise Jeff Parker, auteur d’un récent « Suite For Max Brown » tout aussi créatif.
702-sw-playlist-jazz-mars2020-02

Duke Ellington / Money Jungle (United Artists / Blue Note)
Après les légendaires sessions Okeh, les grands ensembles 40’s ou la pourtant récente période dite Columbia, Duke Ellington s’entoure du contrebassiste Charlie Mingus et du batteur Max Roach puis sort en 1962 « Money Jungle », un disque qui marquera à jamais les annales du jazz. Puissante, la plage-titulaire est immortalisée par l’attaque de la Wild Bass et le phrasé cubiste du Duke, « Warm Valley » voit Max Roach exceller aux balais et l’onirique « Le Fleurs Africaines (African Flowers) » lorgne du côté de chez Erik Satie. Compositeur de sept des huit titres, l’auteur de « Mood Indigo » adapte deux standards : « Caravan », repris avec force lyrisme. Et « Solitude », dont la partie de piano reste un sommet de la carrière du créateur américain. Réédité il y a quelques années par le label français Heavenly Sweetness, merci Franck Descollonges, ce classic ultime est de nouveau disponible en vinyle chez Blue Note, par le biais de ses excellentes Tone Poet Series. L’album sera dans les bacs le 24 avril prochain au format gatefold, avec traitement audiophile ad hoc.


Ray Lema / Hommage à Franco Luambo (One Drop/L’Autre Distribution)
Puits de science doublé d’une personnalité attachante, Ray Lema a illustré les années 80 de productions futuristes comme « Medecine » et l’ensorcelant « Peuple Eyo », avant de s’orienter vers le jazz, aux côtés de Laurent de Wilde. Suivant un intéressant retour aux racines, « Hommage à Franco Luambo » (sortie le 18 avril à l’occasion du Disquaire Day) renoue avec le creuset africain. Enregistré lors de la dernière édition du Jazzkif à Kinshasa, ce disque est dédié à Franco, patron du Tout Puissant OK Jazz et roi de la rumba congolaise. Entouré par Fredy Massamba au chant, Rodriguez Vangama à la guitare et l’inoxydable Michel Alibo à la basse, Ray Lema revisite le répertoire maison via « Liberté » et sa mélodie indissociable de Matonge, le quartier congolais de Bruxelles. Ou grâce au tubesque « Mario », soit le portait d’un gigolo brossé du point de vue féminin… Porté par une rythmique implacable et une myriade d’ostinatos, ce set incandescent est relayé par le public, l’autre grande vedette du disque et incarnation de la devise chère à Franco : on entre OK, on sort KO…


Texte par Vincent Caffiaux / Photo Alabaster DePlume par Chris Almeida