Starwax magazine

starwax magazine

archivesseptembre-2014

REPORT / <br/> CHECK THE RHYME@NICE

REPORT /
CHECK THE RHYME@NICE

Posté le

Après le Dour Festival, la roue de la musique tourne toujours comme un bon disque vinyle, cette fois c’est sur la French Riviera que le vent m’emporte à l’occasion de la première édition du festival « Check The Rhyme » qui s’est déroulé les 1er et 2 août derniers à Nice. Retour sur deux soirées entièrement consacrées au hip-hop et à ses légendes.

Les organisateurs nous livrent sur un plateau les mythiques Method Man et Redman, The Pharcyde, Mf Doom, Mob Deep… et quelques petits nouveaux. Ça se passe au cœur de Nice, à deux pas de la promenade des anglais, me procurant l’impression d’être en Californie. Comme souvent le hip-hop n’est plus à un paradoxe près puisque cette culture venue du ghetto touche finalement un public extra large et s’impose même sur la côte d’Azur. En effet le public est au rendez-vous et donc le théâtre de Verdure est copieusement garni pour cette soirée de folie dans un cadre de rêve. Suite à une ouverture réussie par les parisiens de S-Crew c’est l’heure d’écouter les classiques des excellents Pharcyde qui diffusent en même temps leurs géniaux vidéos clips. Puis c’est au tour de Mf Doom de chanter et rapper des titres principalement extraits de son superbe album « Madvillain », rappelons le, réalisé avec Madlib. C’est encore un régal bien que j’ai déjà entendu ces morceaux des milliers de fois. Je précise que, pour démonter la tenace rumeur, c’est bien Doom qui était présent et pas un sosie ! Puis enchaine les deux MAN qui vont mettre le feux à l’arène remplie de 3000 fans pour un live beaucoup plus chaud que celui que j’ai vu un mois plus tôt au Pont du Gard. Le public scande des Wu-Tang, Wu-Tang… et Redman, lui, demande de crier « Fuck You Redman » ! Tout va bien et les deux lascards nous jouent des titres de leurs albums « Black Out » 1 et 2 puis des versions du film « How High ». Tel des punks ils sautent dans la foule. La fosse est en ébullition, le public en redemande, incroyable show pour un moment d’anthologie.

702_checktherhyme-02
702_checktherhyme-03
702_checktherhyme-05
702_checktherhyme-04

Samedi 2 août, même lieu, c’est encore un rappeur français qui ouvre la fête. Malgré des textes bien originaux et bien sentis Disiz ne m’emporte pas autant que les rappeurs Us qui ont, eux, un son mieux réglé. Mais maintenant, c’est l’heure des new yorkais de Brooklyn, The Underachievers. Les deux Mc’s partent dans tous les sens et allument l’auditoire qui, comme à Dour, se met à franchement pogoter sur quelques morceaux. Ils s’amusent à scander des « beast coast » avec le public. Ce qui est sûr c’est qu’ils ont déjà un bon nombre de fans ici. Puis les Flatbush Zombies débarquent sur scène et c’est encore une grosse révélation qui m’attend. Trois Mcs et un Dj proposent un rap brûlant et horrorcore qui me fait penser à Gravediggaz sortie pendant les années 90. Les types sont déchainés, ils courent partout, slament dans le public tout en rappant leurs cauchemards avec beaucoup d’énergie et de talent. Un moment aussi bon qu’exclusif puisqu’ils ne faisaient que deux dates en France. Un grand plaisir de pouvoir partager et dire encore une fois : « j’y étais ! ». La suite de la soirée reste hardcore avec Mob Deep et leur rap dur, sombre, lancinant. Les deux Mcs posent leurs textes froidement et sûrement, ponctués par des tires d’armes à feux, mais je trouve ça un peu ennuyeux. Ces deux soirées resteront un très bon souvenir mais il est l’heure de quitter les lieux. Je profite de la méditerranée pour prendre un bain de minuit sous les étoiles avec encore de la musique plein la tête avant de partir pour la ville de Sète et le très bon festival FiestaSète ou sont notamment programmés, dans un autre registre, Goran Bregovic, l’orchestra Aragon ou encore Susheela Raman.

Texte par Triple Zero / Photos par Delphine Migueres