Starwax magazine

starwax magazine

archivesnovembre-2014

RARE WAX PAR EGON

RARE WAX PAR EGON

Posté le

Eothen Alapatt alias Egon fut, de 2000 à 2011, le label manager de Stones Throw. Une maison de disque californienne qui, notamment, grâce à Mad lib a marquée les esprits de nombreux fans de Hip-hop et bien au-delà. Il a fondé avec Peanut Butter Wolf Now Again Records, un label qui s’occupe de rééditions puis de production de Nigerian fuzz-funk, de hard rock suédois, de musique psychédélique, de jazz, de disco, de modern disco ou encore de soul. C’est en outre un très grand collectionneur de wax qui souhaite partager ses connaissances. Egon nous propose de nous focaliser sur la richesse musicale du Brésil et sur ses raretés vinyliques qui l’on séduit. Un article exclusif, extrait du Star Wax n°8, toujours d’actualité.


« Comme la plupart des passionnés qui se sont penché sur les merveilles du mouvement tropical du Brésil, j’ai tout d’abord découvert Os Mutantes, Gal Costa et Caetano Veloso. En particulier, les premiers morceaux, sortis sur Polydor et Phillips, produit par des maîtres comme Rogerio Duprat. En creusant un peu plus, j’ai pu également apprécier Arthur Verocai, son remarquable travail sur son premier album ainsi que ses productions les plus obscures. Je suis finalement tombé sur un mouvement musical de Recife (nord du Brésil), très différent de tous ceux rencontrés auparavant. Trouver des originaux ne fut pas très facile car il s’agissait d’une poignée de labels dont les pressages étaient très limités, souvent des « privates press », dont les quelques copies encore disponibles se vendent aujourd’hui pour plusieurs milliers de dollars. »

Marconi Notaro / Antropológica 2 (No Sub Reino Dos Metazoarios)
Ce poète, auteur, visionnaire, est responsable de No Sub Reino Dos Metazoarios, en absolu un de mes albums préférés. Cette chanson, qui m’a captivé, est probablement le morceau psychédélique le plus funky d’un album qui abonde de grands moments. Voici l’intro: “Je resterai fidèle à mes origines/fils de dieu/neveu du diable…” Quelle manière originale de commencer un morceau. Côte: 1000 $.



Lula Cortes et Ze Ramalho / Trilha de Sume (Paebiru sur le label Solar)
Il s’agit de la première chanson du légendaire double album sorti en 1975, pressé à quelques centaines de copies, dont la plupart furent détruites lors de l’inondation du studio de pressage. Un album hypnotique et funky dans la meilleure tradition des années 70. Apparemment, la découverte d’une ancienne pierre dans la jungle a inspiré Lula lorsqu’il a conçu cet album, dont les quatre faces s’appellent « air », « terre », « eau », « feu ». Côte: 1500-2000 $.



Flaviola / Noite
La suite de Paebiru, mais surtout un chef d’œuvre minimaliste folk-psyché. Je n’ai toujours pas compris pourquoi la version portugaise de cette ballade shakespearienne sonne mieux que celle anglaise… Pendant de nombreuses nuits, j’ai écouté ce morceau, me demandant si je pouvais rester éveillé jusqu’à l’aube, accompagné des seules notes de Flaviola. Côte du pressage original : 200$. Le macaron ci-dessus est celui de la rédition chez Mr Bongo.



Lula Cortes and Lailson / Can I Be Satwa
Un rythme qui pulse, proche du 4/4 mais qui peut induire à un état de trance. A noter la présence de Cortes sur « Can I be Satwa » avec le Tricordio, une guitare qu’il a créé et qui s’apparente plus à une grosse mandoline, à cause de ses quatre rangées de trois cordes rapprochées. Non seulement ils ont créé leur propre label, dessiné leurs pochettes, mais ils ont aussi réussi à faire connaitre leur propre instruments. Alors, pourquoi se priver si l’on peut exposer tous les aspects d’un destin musical tel que celui de Lula et Lailson ? Côte: 300$.



Lula Cortes / Noite Preta
Tiré du rarissime album “Rosa De Sangue”, qui n’a jamais vu le jour (à cause d’un contrat stipulé avec une major), excepté pour le (très limité) premier et seul tirage. Et quel dommage ! Bien qu’il date de 1980, bien après l’explosion du mouvement psych-rock, ce disque regorge de passages psychédéliques, de solos de Lula et de morceaux folk funk. Le label Time Lag a réédité cet album en 2009, puis Mr Bongo en 2011. Heureusement ! Côte : 3000$. Ecoute de l’album en intégrale ci-dessous.


Texte par Egon.