Starwax magazine

starwax magazine

archivesdécembre-2016

PRAGUE REPORT / DIGGIN, PARTY & STREET CULTURE

PRAGUE REPORT / DIGGIN, PARTY & STREET CULTURE

Posté le

La ville de Prague, cinq fois plus étendue que Paris, offre de belles réunions culturelles de petite et grande envergure, aux saveurs variées, toute l’année. Pour les emblématiques : Le Transmission pour l’Edm, Le Signal festival… ou encore Let It Roll, le plus grand festival de drum’n’bass d’Europe qui colle une étiquette à Prague de la ville de la d’n’b. Ça serait réducteur de résumer ainsi la richesse de cette capitale, même si l’afrobeat et les musiques orientales sont, elles, discrètes. Par contre, qu’il s’agisse de street culture, de vidéo, d’arts Plastiques, de musiques actuelles, cette ville d’Europe centrale est fort dynamique et créative.

Bienvenue – Introduction
Selon les compagnies et la période, les billets d’avion aller-retour Paris-Prague (750 km) oscillent entre 100 et 400 euros. En arrivant à l’aéroport, pour ceux qui ne peuvent se permettre un taxi ou un Uber, vous avez l’option de prendre la navette Cedaz (mini bus blanc) qui démarre chaque demi-heure, pour 150 CZK (27 Couronnes = 1 euro). Elle vous déposera dans l’hyper-centre, à côté de la gare ferroviaire principale. Sinon il est plus économique de prendre un ticket de transport en commun à 110 CZK. Il est valable pendant 24 heures à partir du moment où il est poinçonné. Il vous faudra dans ce cas prendre le bus 119 (parfois il faut être patient car il y a du monde « au portillon ») qui vous amènera au métro Nadrazi Veleslavin (ligne verte). La ville compte seulement quatre lignes de métro, en revanche il y a de nombreux tramways. Maintenant que vous savez l’essentiel afin d’arriver en centre-ville, nous allons vous proposer une liste non exhaustive des meilleurs plans à Prague, cité composée de 22 arrondissements.



Street culture
Comme toutes les métropoles, Prague (Praha en langue tchèque) n’est pas épargnée par le graffiti et le street art vandale. Il est rare de rencontrer une fresque ou même une peinture murale commandées. En revanche la ville a officiellement déterminé une dizaine d’espaces publics pour faire du graffiti légalement. Pour vous immiscer dans la culture, outre silloner la ville, vous pouvez vous connecter au site graffneck.cz qui a également pignon sur rue. Il existe une autre option, celle de faire la visite guidée proposée par alternative-prague.com, pour la modique somme de 500 CZK. La particularité de ce parcours touristique est qu’il est animé par Sany, une graffeuse un tantinet militante (on lui doit notamment le documentaire Girl Power révélant une vision féministe internationale du street art). L’excursion dure plus de trois heures, allant de la vieille ville, en passant par des galeries indépendantes, jusqu’au mythique Cross Club. À la fin, si vous le souhaitez Sany est disponible pour partager plus d’infos autour d’un verre.

702-praha-graff
702-praha-graff00
702-praha-graff02

La culture du tatouage et du body-art en République tchèque a parcouru un long chemin depuis la Révolution de velours. Aujourd’hui, Prague grouille de salons de tatouage. Les salons Tribo (créé, en 1996, par Michal Burda) et Bobek ont joué un rôle important dans l’introduction de cette nouvelle culture à Prague. De nouveaux studios comme One Love, Koudy, Magic, Skinlab, Inkoust, Aries, Prague Ink, Bronx Ink et Alien ont ouverts leurs portes recemment et travaillent avec de nombreux artistes reconnnus à l’international : Adam Kremer ayant un style dit «réaliste». Luka Musil surnommé Musa et connu pour ses dessins d’anges et d’oiseaux. Petra Hlavackova reconnu grâce à ses dessins qui font penser à de l’aquarelle…. sont tous les trois des figurent de la culture tatoo praguoise. Depuis 1998 il existe l’ITCP (International Tattoo convention Prague).

702-praha-tatoo
702-praha-mint
Pour finir, à propos du lifestyle, en mode shopping il existe le Mintmarket, (Bubenské nábřeží 306/13-photo ci-dessus). Un fashion market tous les samedi de 9 à 18 heures dans un des halls d’une immense zone où il y a également chaque samedi un marché aux puces du type celui de la Porte de Montreuil, à Paris, ou encore la Trafo Gallery, ouverte tous les jours (photos ci-dessous). La culture sneakers n’est pas en reste. En effet mi-octobre, ce fut la première édition de Teniskology à Pragovka. Un surprenant événementiel gratuit dédié à la sneakers (tenisky en tchèque), avec des concerts, tatoueurs, bmx… pendant deux jours dans un hall de 2500 m2 (voir photos ci-dessous). Également surprenant, le design soigné de la boutique Garage Store, un disquaire avec un espace dédié aux sneakers. Sinon les quatre boutiques au top sont Footshop (voir aussi leur blog 1000 1000sneakers.com), Basket-Obchod (Jateční 1197/23), Queens (U půjčovny 954/6) et Sneaker Barber (Veverkova 1411/6).

702-praha-trafo01
702-praha-trafo02
702-praha-trafo03
702-teniskology-01
702-teniskology-02
702-teniskology-03
702-teniskology-04

Diggin’
Il est assez étrange de constater que le prix des vinyles à Prague est quasiment aussi cher qu’en France, alors que pour le logement, les transports, l’alimentation, c’est souvent bien moins cher. La ville comptabilise plus de vingt boutiques. En revanche, l’offre n’est pas systématiquement variée et riche. Dans la catégorie des disquaires incontournables tenus par les nouvelles générations, au design moderne et bien senti, il est indispensable de visiter Garage Store (Veverkova 6-photos ci-dessous). C’est à la fois une boutique de sneakers qui propose du matériel hi-fi vintage et également des vinyles de techno-house, jazz, hip-hop… neufs. Et un peu d’occasion. Ce disquaire est situé dans une rue branchée en face de Page Five, une librairie aux références arty. Tout comme la cuisine et le cadre du restaurant Bistro 8, ou pour 150 CZK, soit 5 euros, vous allez vous casser la panse avec des plats frais, généreux et de qualité, faits maison (photo ci-dessous). Après cet encas, revenons aux disquaires.

702-praha-dig-06
702-praha-dig-08
702-praha-dig-07
702-praha-bistro8

Phono.cz (Opatovická 156/24-photos ci-dessous), dans l’hyper-centre, est l’un des rares disquaires où vous trouverez un peu de latine et d’afro musique, en sus d’un large choix de rock, soul, funk, jazz, hip-hop, house… Voyez, en photo ci-jointe, la décoration est soignée. Sur des étagères il y a un large choix de hi-fi vintage. Merci au taulier pour le chaleureux accueil.

702-praha-dig-01
702-praha-dig-02

Alien DNA (Seifertova 24) a été fondé par l’un sinon le plus vieux collectif organisateur de rave parties à Prague. Dans cette antre pour ma cyberpunk et techno culture, vous y trouverez des comics, des vinyles d’acid, techno, tribe, hardtek, hardcore, breakbeat, d’n’b…

Disko Duck (Karlova 12-photos ci-dessous) également ouvert le dimanche est au fond d’un magnifique passage dans le vieux centre touristique. Ouvert depuis de nombreuses années. La décoration avec des canards est un peu old school, comme la sélection. En revanche si vous avez le temps, vous trouverez quelques bons disques.

702-praha-dig-04
702-praha-dig-05

Maximum Underground (Jilská 22), toujours dans le 1er arrondissement, partage les locaux avec un tatoueur au premier étage. Malheureusement c’était fermé lors de notre passage et donc nous n’avons pas pu voir leur sélection qui semble éclectique, selon leur site web.

Happy Feet (Vodičkova 3-passage Lucerna-photo ci-dessous) dans l’une des nombreuses galeries du centre est un tout petit disquaire tenu par deux femmes. Vous aurez vite fait le tour des bacs comportant surtout du rock, de la pop des 60´s aux 90´s et un peu de jazz, de soul… En revanche il y’a une belle déco, accrochées aux murs, des horloges au design très original sont en vente.

702-praha-dig-happyfeet

Radost Shop (Bělehradská 120) est un concept store qui vend des Cds, des vinyles, Dvd, happy Socks et autres accessoires. Il est situé à l’entrée de l’un des plus vieux club-restaurants praguois du même nom (plus d’infos au chapitre suivant).

Japan Lp Vinyl Shop (Na Příkopě 12 – Pasáž Černá Růže) est spécialisé en pressage japonais allant du jazz au blues, du rock à la pop… Jukebox Records (Heřmanova 38), situé à l’intérieur du Nová Doba Cafe-Bar, propose seulement quatre bacs de vinyles d’occasion, sans grand intérêt. Il existe également Punkstore (Veverkova 4) ou Rekomando (Trojanova 9) pour les fans de punk, rock, métal, post-rock.

702-praha-dig-03
Si le temps vous le permet, il y a quelques bacs à vinyles chez :
Music 42 (Dobrovského 29)
Antikvariát59 (Průběžná 1801/49)
Antikvariát (Vinohradská 1013/66)
Musictown (Ondrickova 22)
CD Bazar (Krakovská 2)
Bontonland Music Megastore (Václavské náměstí 846/1)
Music Antiquariat (Tržiště 519/22)
Gramodesky Letna ( Tržiště 519/22)
Vinyl Empire (Koulova 6/1594).


Best Party
Prague, pèlerinage éthylique des fêtards (la pinte de bière est à 1,50 euros), grouille de clubs et de bars intimistes. Dans certains arrondisements il y a des bars tous les deux mètres, ou presque, et ils sont pratiquement ouverts toute la nuit. La liste des évènements est donc trop longue pour être énumérée ici. L’idée est de vous lister les grandes manifestations, les établissements faisant office d’institutions et les soirées tendances dans les warehouses… afin que vous puissiez surfer sur le web pour trouver la soirée qui correspondra à vos préférences. Pour les addicts de la trance et de la progressive, le Transmission se déroule dans la monumentale O2 Arena (équivalent de Bercy) fin octobre et propose, le temps d’une nuit, une scénographie spectaculaire avec des lasers, des jets de co2 ou de flammes à gogo (photos ci-dessous).

702-transmission-01
702-transmission-02
702-transmission-03

Les amateurs de d’n’b viennent tapper du pied durant trois jours à quelques kilomètres de Prague lors du titanesque Let It Roll Festival. Le X-Massacre, organisé dans un ancien palais industriel en décembre, et L’Imagination Festival en novembre, représentent tous les genres les plus hard : d’n’b, hardcore et techno. Depuis quatre ans le Signal Festival, l’un des plus importants du genre sur la scène internationale, se déroule début octobre. La dernière édition a attiré plus d’un million de spectateurs. Les murs, les espaces publics et les monuments historiques les plus célèbres sont entièrement mappés durant quatre nuits… Le Cannafest est l’un des plus grands salons en Europe traitant bien sûr le sujet du cannabis. Animé par des conférences et des concerts, il attire plus de 25000 visiteurs et 250 exposants. À noter que le cannabis est autorisé là-bas donc, outre que la majorité des bars, restaurants sont fumeurs, il est même autorisé dans certains lieux de fumer votre joint. Il existe même des bars où vous pouvez acheter de l’herbe, notamment le Klub Shotgun ou le bar Chocobamba.

Concernant les lieux faisant office d’institution, il est conseillé de s’intéresser à la programmation de L’Alternativa. Créé en 1993, il présente une grande variété de musiques : du free jazz au post-rock, en passant par le noise.

702-praha-crossclub01
702-praha-crossclub02
702-praha-crossclub04
Le Cross Club (photos ci-dessus), à l’origine un squat dans un immeuble de cinq étages au début des années 2000, est suprenant de par sa décoration. Elle est totalement industrielle, pièce de récupe en métal, fer forgé et bois. Aussi bien à l’extérieur que dans toutes les pièces, le travail est remarquable par ses nombreux détails. C’est le genre de spot dans lequel on écoute du Mat Weasel Busters vers 18 heures en sirotant sa Becherovka, une vodka locale à base d’alcool de sapin. Il y a un espace restauration et de la musique non-stop. Il propose quotidiennement divers styles musicaux : reggae, dub, d’n’b, hardtek, soul-funk, dubstep, hip-hop… Le Roxy Club, situé dans la vieille ville, est un ancien cinéma. C’est le premier club à avoir proposé de la musique électronique en République tchèque. Depuis vingt-cinq ans, des soirées y sont organisées chaque jour de la semaine, ou presque. Et tous les trois mois de l’art contemporain s’y expose.(Photos ci-dessous)

702-praha-roxy01
702-praha-roxy02
Le Palác Akropolis, un ancien théâtre reconverti en club au rez-de-chaussée, comporte une brasserie avec des spécialités de cuisine tchèque. Comme dans la majorité des lieux praguois, la programmation est éclectique. Actuellement, il y a la soirée mensuelle History Hip-Hop Party. Le Chapeau Rouge se tient sur trois étages, dont deux en sous-sol, quatre bars et trois scènes. La programmation y est aussi assez variée : house, dubstep, hip-hop, d’n’b, indie et musique latino. Le Radost FX (radost signifie la joie en langue tchèque) outre son disquaire ouvert en journée, il a un bar-restaurant au rez-de-chaussée et un club au sous-sol. Situé tout près du centre historique, ce club ouvert en 1991 est à l’initiative de Ivo Pospíšil. Ancien producteur de groupes tchèques rock ou rap, il fut surtout membre des groupes de garage-rock Garaz et Pulnoc qui ont fait le tour du monde. Surnommé aujourd’hui Tea Jay Ivo, il mixe sur Cd des musiques exclusivement des années 50, 60 et 70. Il anime également une émission sur www.radio1.cz. Il a écrit « Příliš Pozdě Zemřít Mladý », un livre autobiographique qui lui a valu plusieurs récompenses.
Revenons au établissement de nuit. Le Microna est un spot situé au deuxième sous-sol d’un immeuble sur lequel est tagué « Underground », donc pas besoin de vous en dire plus sur le style de soirées qui s’y déroulent ! Le Vagon est un club dédié au rock and roll. Ses murs sont entièrement recouverts de photos. Dans la catégorie des bars, à la décoration moderne, proposant une programmation quotidienne de Djs (sauf le mardi) et qui ferme à 3 h, nous avons particulièrement apprécié le Groove Bar.

702-praha-meet-03
702-praha-meet-02
702-praha-meet-01
Les amoureux des arts plastiques et du théâtre trouveront leur compte au Meet Factory (photos ci-dessus). Un lieu subventionné qui est considéré comme le pilier de la scène alternative artistique. Créé en 2011 par David Cerny, artiste tchèque controversé, cet espace sur deux étages est un endroit consacré aux résidences, expositions et concerts, essentiellement rock, metal et hip-hop, avec une salle pouvant accueillir 1000 personnes (la veille de notre visite Mykki Blanco s’y produisait). Les ateliers des résidents proposeront, en janvier 2017, une exposition d’art contemporain réalisée par Gaëlle Cressent, une artiste française, qui sur la thématique « Mur de Son », évoquera les free parties et la techno. Les portes ouvertes se font de nuit et sont gratuites.

Pour les accros des soirées underground, maintenant voici les principaux activistes et collectifs tchèques avec qui se connecter. Cirkus Alien Sound System (collectif à la tête du shop Alien DNA) est le plus vieux sound system tchèque. Reconnu pour leur système son depuis plus de vingt ans, il est composé de personnes issues du mouvement punk qui vivaient de squats en squats et voyageaient en camion partout en Europe tout en organisant des free parties. Bass Drop organise des bass parties mensuelles dans le club Chapeau Rouge avec un style de son plutôt d’n’b, dubstep, techno et trap.

702-komics01-ok
702-komics02
702-komics03
Komiks, representé par Dj Schwa (Beef records), Dj Fatty M et Dj Lumière, organise quatre grosses soirées par an dans des warehouses avec, en moyenne, 1200 teuffers (photos ci-dessus). Les trois compères proposent au public plusieurs styles de musique afin que ce dernier ne se lasse pas.

702_wearerave-01
702_wearerave-02
Dernièrement, Davy Torres et Dj Konix, deux français installés dans la capitale, ont créé Many More (photos ci-dessus). Ils organisent des raves du style des années 90 dans des lieux industriels atypiques. Dernière soirée en date, la Meeting Point, dans un abattoir, avec un line up techno travellers : Spiral Tribe, Vox Populi… La nuit, vous croiserez certainement Coline Nova, une figure emblématique et pas seulement en République tchèque. Cette artiste multifacettes (make up artist, styliste, danseuse, Vj…) a créé son agence artistique partyperformers.org et propose diverses performances. Plusieurs autres collectifs tels que Mayapur Sound System, qui organise entre autre le Cannafest Official Afterparty, Nite Vibes, Polygon … sont à suivre de près.

702-praha
Pour les fans de reggae, afin de trouver le sound qui jouera lors de votre séjour, connectez-vous à la fan page de Forward March Posse (soirée au Rock Café-photo ci-dessus) qui organise notamment le Prčice Fest à 70 kilomètres de Prague. Aux pages de Peeni Walli, Roccaflex, Jahmusic Lightaz, Selector Boldrik. Ou encore aux sites : jahmusic.net puis rastamasha.cz.

Concernant le hip-hop, les concerts et soirées vont également d’un lieu à l’autre, selon le line up. Les incontournables organisateurs du Hip Hop Kemp (à 100 km de Prague, chaque été depuis quinze ans) siègent à Prague. Même s’ils sont moins actifs en centre-ville ces derniers temps, ils sont bel et bien en place. Prago Union et Dj Wich, qui a dernièrement sorti « Panorama » avec le rappeur tchèque LA4, font office de hip-hop head, pour ne citer qu’eux. Pour tricoter avec cette scène, les bons plans se trouvent sur barak.cz et boombox.cz. Le Lucerna Music Bar est actuellement la place to be pour les évents hip-hop. Big Daddy Kane, Looptroop Rockers, Bilal, Black Moon, Yasiin Bey… sont notamment passés ces derniers mois (voir flyer ci-dessous). Pour les amateurs de soul-funk, nu funk et rare grooves, les soirées concerts funkmasters organisées par Dj Goldstar et Dj Brada, sont des références. Vous pouvez écouter online leurs podcasts Get Fonky Radio Show.

702-lucerna-hh-party Pour trouver la soirée, vous pouvez aussi consulter le site de Full Moon, magazine papier payant dédié aux musiques électroniques ou le site web techno.cz. Vous trouverez aussi des bon plans dans Metropolis, un hebdomadaire gratuit disponible un peu partout. Il existe aussi l’agenda web sndprf.cz qui n’est pas forcément exhaustif, en revanche il vous sera utile. N’oubliez pas d’aller aussi à la chasse aux flyers chez les disquaires ou, pour finir, de surfer sur streetculture.cz

En conclusion
Depuis la chute du communisme, les habitudes de la population changent lentement et les Tchèques sont encore marqués par les mentalités du passé. Cependant, les Praguois sont autant préoccupés par un renouveau architectural que culturel. Ils n’ont de cesse de dessiner le futur d’une ville dynamique et paisible. La richesse des musiques actuelles et des cultures urbaines est telle que si vous organisez un peu votre périple, vous devriez faire de votre séjour un moment mémorable. Même si ce n’est pas l’objet, nous ne pouvons nier que la vieille ville est surprenante de par sa beauté, sa richesse architecturale (linker page insta prague). À 1000 kilomètres de Paris en voiture, Prague est à visiter sans hésitation. Un séjour dépaysant garanti à 100% par Star Wax.

Remerciements
marie@czechtourism.com, Sicaa, Táňa & Konix, Davy Torres, Benjamin Duquenoy, Michal Swacko, Lucie et Affro@HipHopKemp, Jakub Fubatan Reindl et Trelig du CLAPS à Rennes.

Par Sabrina Bouzidi et Juan Marcos Aubert