Starwax magazine

starwax magazine

archivesfévrier-2017

INTERVIEW NEAL SUGARMAN

INTERVIEW NEAL SUGARMAN

Posté le

Depuis le début des années 2000, le label indépendant Daptone incarne une soul classieuse déclinée en de multiples variations. Saxophoniste de The Dap-Kings et cofondateur du catalogue avec Gab Roth, Neal Sugarman détaille les nouvelles signatures comme The Olympians ou la subdivision Wick. Il décrit aussi notre époque avec lucidité par le biais du son analogique. Et évoque le souvenir de la chanteuse Sharon Jones. En complément à cette interview, un focus relatif à Daptone est publié au sommaire du nouveau numéro 42 de Star Wax, disponible ici.


Pouvez-vous nous présenter The Olympians ?
The Olympians est le projet de Toby Pazner, un ami de longue date. Il a réussi à rassembler tous les grands musiciens qui sont passés par l’écurie Daptone. Toby a pu enregistrer les compositions et a créé un disque original doté de beaux climats cinématographiques.


Vous ouvrez également votre catalogue au rocksteady avec The Frightnrs…
Cela nous semblait évident. Nous avons eu écho de la formation par Victor Axelrod. Il était dans les Dap-Kings avant d’aller jouer avec Antibalas. C’est depuis un grand producteur de reggae. À ce titre, il nous a fait écouter une piste enregistrée avec les Frightnrs, une reprise d’« I’d Rather Go Blind » (d’Etta James, Ndlr). Gab et moi sommes tombés à la renverse. Victor a donc ramené le groupe au studio et a réalisé ce qui s’avère être un de mes disques préférés de Daptone…


Et pour le garage rock de The Mystery Lights ?
Pour The Mystery Lights, c’est un peu différent. Nous cherchions des signatures rock depuis un moment. Lorsque je les ai entendus reprendre le « Don’t Look Back » des Remains, j’ai voulu enregistrer un 45 tours avec eux. Et un premier album sur Wick a suivi. Cela c’est bien passé. Depuis nous avons édité un single avec un groupe nommé The Ar-Kaics. Un disque complet devrait suivre. Ainsi qu’un nouvel album de The Mystery Lights.


Pourquoi avoir créé cette subdivision ?
Je me suis dit que nous avions un studio. Et puis c’est un registre musical que j’ai toujours aimé. En fait c’est sympa de sortir et de découvrir ces jeunes groupes, notamment de Brooklyn.

Ne craignez-vous pas d’être perçus comme des gardiens du temple ?
On fait notre boulot. À prendre ou à laisser.

Quelques mots à propos de Sharon Jones ?
Nous pensons tous à elle si fort. On ne pourra jamais la remplacer. J’ai eu la chance de faire de la musique avec Sharon, nuit après nuit durant toutes ces années. Elle est et restera pour toujours. Cette rencontre a marqué ma vie.


Le public connaît les Dap-Kings pour leur participation à l’album « Back to Black » d’Amy Winehouse. Quels souvenirs gardez-vous d’une telle expérience ?
Je ne suis pas très sentimental, donc je ne cultive pas de souvenirs particuliers. Je suis reconnaissant pour la musique composée et pour avoir contribué au grand héritage qu’Amy a laissé derrière elle.

702_nealsugarman1
Votre point de vue concernant le vinyle?
Ce support répond pertinemment à nos attentes. À vrai dire, lorsque nous enregistrons, nous ne pensons jamais aux flux, au MP3. Le seul son qui vaille la peine est en rapport avec le vinyle. Le format 12 pouces est en fait du grand art. Quinze minutes par face suffisent amplement pour apprécier les dix titres d’une session.

Le son analogique est-il un gage d’avenir ?
Pas si sûr. Il me semble que le son analogique soit au point mort. Presque toute la production musicale est désormais impactée par le discours numérique, tout au moins pour la partie technique. Dans les faits nous préférons le processus analogique, utiliser les bandes car cela nous pousse à prendre des décisions, à faire des choix. À la différence du tout numérique actuel qui pousse à multiplier les pistes, quitte à régler les problèmes rencontrés plus tard.

Vos projets musicaux ?
Nous travaillons sur quelques projets, qui sortiront notamment chez Wick. Sinon Como Mamas fera paraitre un album chez Daptone. Nous éditerons également un disque de Sharon Jones, que nous avons terminé avant sa disparition. D’autres nouveautés sont prévues. Gardez donc un œil sur Daptonerecords.com.

Propos recueillis par Vincent Caffiaux / Photo par Nick Gordon