Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesLivres

LE SILENCE, LES COULEURS DU PRISME & LA MÉCANIQUE DU TEMPS QUI PASSE / DANIEL CAUX

LE SILENCE, LES COULEURS DU PRISME & LA MÉCANIQUE DU TEMPS QUI PASSE / DANIEL CAUX

éditeurEdition L'éclat

LE SILENCE, LES COULEURS DU PRISME & LA MÉCANIQUE DU TEMPS QUI PASSE / DANIEL CAUX

Un livre rend finalement hommage à Daniel Caux, « activiste musical qui sut accueillir, analyser et défendre, dès leur émergence, toutes les formes d’expressions nouvelles ». Peu connu du grand public, le CV de ce passionné, disparu en 2008, est pourtant impressionnant. Il a été en effet tour à tour critique musical, producteur de festivals, animateur radio, essayiste, directeur artistique, commissaire d’exposition. Il découvre la musique concrète en 1959 avec Pierre Schaeffer, Pierre Henry et Luc Ferrari. Il sera le premier à inviter Sun Ra en France, et s’était lié d’amitié avec de nombreux artistes de la scène expérimentale tels que Albert Ayler, Karlheinz Stockhausen, Steve Reich, Sunny Murray, Philip Glass, Charlemagne Palestine, La Monte Young, Terry Riley, Cecil Taylor et Sun Ra. Artistes qui par la suite publieront certaines de leur oeuvres sur le label Shandar, fondé par Daniel Caux et Chantal Darcy dans les années 70. Cet ouvrage, publié aux Éditions de l’éclat, reprend beaucoup (et c’est déjà très satisfaisant) de ses articles, publications, notes de pochettes de disques, programmes, émissions de radio: l’auteur s’intéresse aux musiciens de la seconde moitié du XXe siècle, de John Cage à Plastic Man, des répétitifs américains au Free jazz et quelques inclassables et visionnaires. Le livre (presque 400 pages) s’articule autour de 6 thématiques : John Cage et les répétitifs, les musiciens post-modernes, Jazz et Free-jazz, trois femmes hors-normes (Meredith Monk, Laurie Anderson et Nina Hagen), les intempestifs singuliers, les musiques électroniques. Le texte est enrichi par la présence de photos d’archives, pochettes de disques, notes écrites à la main par l’auteur. Daniel Caux s’était également intéressé à la techno et avait suivi de prêt les productions des divers Carl Craig, Kevin Saunderson, Jeff Mills, Juan Atkins, et Richie Hawtin. Un cd de l’Atelier de Création Radiophonique, réalisé à partir des archives de l’INA, qui reprend certaines de ses plus intéressantes interventions radio, accompagne la lecture de cet ouvrage. Indispensable pour tous ceux qui comme nous, sont convaincu de l’importance de ce témoignage, de par sa richesse et de par l’ouverture d’esprit de son auteur.

Par Aurelio levisandri