Starwax magazine

starwax magazine

newsjanvier-2022

SELECTION JAZZ JANVIER 2022

SELECTION JAZZ JANVIER 2022

Posté le

Ce programme jazz de début d’année est placé sous le signe de la diversité. Étoile montante de la scène sud-africaine, Sisonke Xonti délivre son dernier album au format vinyle. Batteur visionnaire, Makaya McCraven revisite avec brio le légendaire label Blue Note. Tout aussi intéressant, le saxophoniste Laurent Bardainne et Tigre d’Eau Douce confirment un univers musical particulièrement dense. Et l’anthologie « Notes From The Underground » rappelle la fonction primordiale l’avant-garde au long du vingtième siècle…


702-sw-jazz-01-2022
Sisonke Xonti / uGaba The Migration (As-Shams)
La scène jazz sud-africaine ne cesse de nous surprendre. Dernier exemple en date, le deuxième album du saxophoniste et chanteur Sisonke Xonti sublime le travail engagé par le séminal « Iyonde ». Passé sous les radars à sa sortie en 2020, confinement oblige, « uGaba The Migration » est aujourd’hui disponible en vinyle via As-Shams, le label de Jo’Burg. Clé-de-voûte de cet enregistrement, « The Migration » offre une longue suite introspective structurée en quatre mouvements. Le jeune homme y évoque son parcours, le tout épaulé par un solide ensemble dont Yonela Mnana au piano. Marqué par John Coltrane, période « A Love Supreme », et par les élans lyriques de son compatriote Winston « Mankunku » Ngozi, Sisonke Xonti diversifie également les thématiques. Un phénomène perceptible avec « Minneapolis », une séquence politique dédiée à George Floyd ; grâce à « Newness » et à son up-tempo catchy ; et au travers de « The Call », une plage urbaine emmenée par Keorapetse Kolwane. Enfin « uGaba The Migration » est illustré via un artwork conséquent. La photo en noir et blanc est prise par la talentueuse Mandisa Buthelezi. Chaudement conseillé.



Makaya McCraven / Deciphering The Message (Blue Note)
Batteur et producteur, Makaya McCraven s’est d’abord distingué sous la bannière chicagoan International Anthem (Angel Bat Dawid, Damon Locks…), avant de proposer une relecture du dernier disque de Gil Scott-Heron. Particulièrement attendu, l’homme revient aujourd’hui par l’entremise du label Blue Note avec « Deciphering The Message », un exercice consacré, cette fois-ci, aux musiciens produits par les visionnaires Alfred Lion et Francis Wolff. Entouré de proches collaborateurs dont Joel Ross au vibraphone, Jeff Parker à la guitare et Junius Paul à la (contre)basse, Makaya McCraven s’en donne à cœur joie et revisite, au passage, une douzaine de standards dont « A Slice Of The Top » du saxophoniste Hank Mobley, « Autumn In New York » de Vernon Duke, ou bien encore « Black Rhythm Happening », le thème du guitariste Eddie Gale. Parfois touffue (on pense au jeu de l’ex-Tortoise Jeff Parker et à sa propension à aligner les notes), cette production encouragée par l’actuelle direction de Blue Note n’en reste pas moins créative. C’est le cas des lancements de gigs, inscrits dans la grande tradition jazzistique. Des arrangements musicaux, qui ne cèdent jamais à la facilité. Et de l’unité de ton, une gageure quant on connait la diversité des reprises…



Laurent Bardainne & Tigre d’Eau Douce / Hymne Au Soleil (Heavenly Sweetness )
Repéré avec Poni Hoax aux côtés du regretté Nicolas Ker, Laurent Bardainne incarne un répertoire jazz pour le moins décomplexé. Auteur de collaborations remarquables (avec le Supersonic de Thomas de Pourquery) ou de projets éclectiques (on se souvient de Limousine…), le saxophoniste breton s’impose désormais avec Tigre d’Eau Douce, une formation qui convoque des rythmiciens de premier ordre comme Philippe Gleizes et Roger Raspail. Intitulé « Hymne Au Soleil », le deuxième Lp maison dispense une ligne solaire et terriblement groovy. Prolongement de « Love is Everywhere » et de ses références à l’Afrique ou à la soul des années 70, l’album marque les esprits avec « La Vie La Vie La Vie » et ses arrangements limpides ; grâce à « Hymne Au Soleil », un clin d’œil à Lili Boulanger (parlez-en à Stéphane et Lionel Belmondo…) ; ou bien encore via «Oiseau », un titre habité avec classe par Bertrand Belin. À cent lieues des improvisations stériles, ce nouvel Lp sort chez Heavenly Sweetness, un label hexagonal dont les signatures interagissent parfois. Confirmation avec la prometteuse Celia Wa, une interprète guadeloupéenne qui illumine « Jou En Nou Rivé » d’une scansion créole du meilleur effet.
702-sw-playlist-jazz-01-2022


Notes From The Underground / Radical Music Of The 20th Century (Cherry Red)
Dynamisé il y a une quarantaine d’années grâce au mouvement punk, Cherry Red est passé maître dans l’édition de compilations et coffrets. Axée sur l’avant-garde, une nouvelle anthologie de la firme à la cerise recense les richesses culturelles du vingtième siècle et ses différentes esthétiques ou théories musicales. Ingénieux, « Notes From The Underground / Radical Music Of The Twentieth Century » intègre ainsi des éléments classiques (Mahler, Satie), contemporains (Boulez, Schaeffer) voire indiens (via les travaux du sitariste Ravi Shankar). Naturellement le jazz est présent et s’impose notamment grâce à John Coltrane ou Miles Davis : des compositeurs qui jouent ici certains monuments comme « My Favorite Things » ou le « Concierto de Aranjuez ». Largement influencés par le domaine savant – rappelons que Charlie Parker vénérait Igor Stravinsky ou Edgard Varèse -, les improvisateurs afro-américains de l’après-guerre ont également eu un ascendant sur la création concomitante et notamment sur la littérature, via le courant beat. Une école incarnée ici par le poète américain Allen Ginsberg et où est déclamé « Howl », son ouvrage du mitan des années cinquante.


Texte par Vincent Caffiaux / Photo de Laurent Bardainne par Agnès Dherbeys