Starwax magazine

starwax magazine

newsjuillet-2018

INTERVIEW / ERROLL GARNER PAR CHRISTIAN SANDS

INTERVIEW / ERROLL GARNER PAR CHRISTIAN SANDS

Posté le

Enregistré en 1964 au Concertgebouw d’Amsterdam, « Nightconcert » d’Erroll Garner dévoile un musicien américain à son sommet. Edité par Mack Avenue en partenariat avec Octave Music, ce disque live inédit confirme la vitalité du « Great American Songbook ». Étoile montante du jazz outre-Atlantique, le pianiste Christian Sands (en photo ci-dessus) cosigne les notes de pochette. Il évoque Erroll Garner et le splendide double vinyle pressé pour l’occasion.


Erroll Garner : « Le travail d’Erroll Garner offre d’infinies possibilités et ouvertures. Il avait une bonne compréhension de tous les styles musicaux. Vous pouvez l’entendre à travers ses compositions et ses arrangements. Certes on peut toujours souligner qu’il jouait à l’oreille (Erroll Garner était autodidacte : il ne connaissait pas le solfège, Ndlr). Mais ce n’est pas ce qui prime. Au lieu de focaliser sur cet aspect, il faudrait mieux se concentrer sur la somme musicale engrangée par l’artiste et sur sa propension à créer. Théorie ou non, Erroll avait pris conscience de ce que la musique avait à offrir. Et il savait exactement comment jouer pour atteindre son public. À ce titre, sa relecture du « Great American Songbook » sur « Nightconcert » est significative. Ces standards resteront modernes tant qu’ils seront joués. »

« Nightconcert » : « Cet enregistrement est extrait des archives conservées à l’université de Pittsburgh, aux États-Unis. En effet Octave Music (déjà responsable de l’excellente réédition «The Complete Concert By The Sea » et de « Ready Take One », Ndlr) a préservé les droits d’auteur sur les bandes master lorsque cette même structure a fait don de sa collection physique au campus américain, en 2015. Concernant «That Amsterdam Swing», le titre inédit, c’est une séquence amusante… Erroll a passé beaucoup de temps à Amsterdam. L’un de ses endroits préférés était le canal Amstel. Durant cette période, il était au sommet de son jeu, de l’improvisation. Tout ce qu’il composait était alors surprenant, tant pour le public que pour ses amis musiciens. Il développait sans cesse son répertoire. Et puis j’aime l’édition vinyle. Elle capture bien le son sophistiqué du concert. Lorsque vous écoutez « Nightconcert » au format Lp, cela vous donne un sentiment de nostalgie. Et les photos ou les notes de pochette sont vraiment un plus. »

702_lp-nightconcert
L’actualité de Christian Sands : « J’ai toujours quelque chose sous le coude (rires). J’ai récemment sorti un Ep, « Reach Further », qui comprend trois titres live de mon dernier album, « Reach », ainsi que deux titres inédits. Sinon je collabore avec des créateurs en provenance de secteurs musicaux différents (le pianiste aime autant Art Tatum que Kanye West, qu’il reprend via « Runaway », Ndlr). Et je développe certains centres d’intérêt. C’est le cas de l’univers de la mode. Je sortirai également un nouvel album à l’automne. Ce qui n’est pas sans provoquer une certaine excitation. En attendant, je suis en tournée cet été, en Europe et aux États-Unis. Les dates sont sur mon site web ici ainsi que sur les réseaux sociaux. » ( Erroll Garner : « Nightconcert » – Mack Avenue / PIAS )

Propos recueillis par Vincent Caffiaux