Starwax magazine

starwax magazine

archivesmars-2017

INTERVIEW DU CREATEUR DE LA SKRATCHO / PLATINE POUR 7″

INTERVIEW DU CREATEUR DE LA SKRATCHO / PLATINE POUR 7″

Posté le

Il y a dix ans, Thierry Alari présentait le premier Scratchophone dans le Star Wax n°6. Cette platine vinyle portable insolite et personnalisable, ressemblant à une percussion, a depuis séduit l’élite mondiale du scratch, de Dj Qbert à Ordoeuvre. Désormais installé en Suisse, ce concepteur propose aujourd’hui le Skratcho, une autre platine portable, plus accessible en termes de prix et de volume. Elle fait écho à la culture portablist grandissante. Entretien à l’occasion de la sortie de la Skratcho 1.00 !

On me demande souvent si la Numark PT01 est bien, qu’en penses-tu ?
Les petites platines vinyles portables à piles comme la PT01 ou la Handy Trax ont ouvert la voie a un nouveau micromarché : le portablism (culture nomade liée au scratch, Ndlr). La PT01 est une machine dont le seul intérêt est le prix ! En effet, pour moins de 150 euros, il est possible de tester le scratch. Ce prix bas attire plein d’amateurs qui n’osaient pas, à raison, acheter le coûteux matériel classique de base pour débuter. Je pense à la platine direct drive et au mixer pour le scratch.

Pourquoi avoir créé le Skratcho ?
Les platines portables sont toutes à entraînement par courroie, ce qui est le pire pour faire du scratch. Il n’y a pas de couple, sans parler des fluctuations du plateau en plastique.

702-scratcho-02
Peux-tu nous éclairer sur le Skratcho ? Proposes-tu quelque chose de nouveau ?
Il s’agit d’une platine direct drive 8 pouces, ce qui est déjà unique. Mais je propose aussi en option d’intégrer un mixer audio + crossfader. J’utilise des nanofaders + Pro X Fade. De plus, le mini-bras TTX peut se retourner, comme sur une QFO. Le skratcho est une variante du Scratchophone mais il est placé dans un flight case. Je faisais déjà ce type de montage avec notamment un moteur direct drive sur batterie. Techniquement, il a simplement fallu adapter l’existant dans un mini-flight case.

Pourquoi le coffre de la platine est-il si grand ? N’est-il pas possible de réduire sa taille ?
Le coffre n’est pas plus grand que celui d’une Handy Trax. Le format 40 x 32 cm, c’est déjà pas mal (au lieu de 51 x 42 cm pour le flight case d’une platine standard type MKII, Ndlr). On peut encore le réduire mais on perdrait l’accès à certaines fonctions comme le reverse, le pitch 20%, etc.

Précise-nous son poids, son prix, les délais de livraison ?
Il pèse 7 kilos pour 850 euros. Et la livraison s’effectue en deux semaines.



Travailles-tu d’abord en 3D avant de t’atteler à la confection physique ?
Oui j’utilise la 3D, notamment pour prévisualiser, mais rapidement je passe au modèle réel, avec les vraies pièces sur la table… Et souvent on redessine après !

As-tu pensé aux gauchers ?
Absolument, c’est une des nouveautés de cette machine. Enfin les gauchers pourront retrouver une configuration normale. J’ai prévu l’emplacement pour un crossfader de chaque côté de la faceplate. Il suffit de dévisser le crossfader et de le remonter de l’autre côté.

Pourquoi n’es-tu pas parti du PT01 comme celui présenté dans l’épisode 19 de Scratch Life ?
Techniquement, cette machine est entièrement en plastique. Je préfère charcuter du vrai matériel…en métal.

As-tu essayé les divers faders portables : le JDDX2R, le Raiden RXI-F1 et le Frisk fader ?
Oui ! J’ai testé le Raiden v1 durant deux jours, le Frisk fader pendant une heure … Ensuite j’ai fabriqué les miens : les MINIXER, à base de nanofader + Xfader au choix, le tout dans un gros boîtier alu, à poser sur le côté. Solid as a tank !

Envisages-tu déjà une version 2.0 du Skratcho ?
Je travaille sur commande uniquement et j’incite les clients à customiser leur machine, donc je suis en mode 2.0 en permanence. Actuellement je propose la version platine seule et la version platine + nanofader. On peut ensuite personnaliser à volonté… Une future version avec un moteur de 4,5 kg de couple ne m’effraie pas.

As-tu pensé à t’associer à Jesse Dean ou à Numark ? Dialogues-tu avec eux ?
Non … J’ai l’habitude de ne rien attendre de qui que ce soit et d’avancer. Mon travail consiste à faire du sur-mesure et seulement du sur-mesure. Je ne joue pas dans la même cour que Numark… Nos mondes sont simplement complémentaires, même écosystème, rien de plus. Je n’ai aucune envie de perdre ma liberté !

Penses-tu que la culture portablist a de l’avenir ?
À nouvel usage, nouveaux usagers ! Je pense vraiment que ça va perdurer ! Le portablism incite les Djs à sortir de leur chambre. Cette pratique va susciter des nouvelles fusions musicales grâce aux rencontres avec les autres instrumentistes. Ça devient vraiment intéressant !

Par Supa Cosh…