Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesLivres

HIP-HOP, UNE HISTOIRE FRANÇAISE

HIP-HOP, UNE HISTOIRE FRANÇAISE

éditeurTana Editions.

HIP-HOP, UNE HISTOIRE FRANÇAISE

Avec une trentaine d’années d’existence et un engouement croissant, le rap français est incontournable. Plus qu’une musique il s’agit d’un mouvement, la culture hip-hop. Thomas Blondeau qui fut un temps rédacteur en chef de RER et Radikal, magazines hip-hop aujourd’hui disparus, retrace ce paysage artistique. Si la mise en page est peu inventive et originale, le point fort de ce livre sans préface réside dans ses nombreuses photos d’archives, parfois rares. Cependant nous sommes déçus par le procédé dont use l’auteur pour révéler la richesse du hip-hop hexagonal. Une partie importante de « Hip-Hop, Une Histoire Française » est consacrée aux prémices du mouvement et à ses old timers. Les hip-hop heads ou crews emblématiques français s’appellent The New Génération Mc, Aktuel Force, Lucien, Dee Nasty, Te-Col, NTM, PCB, Mode 2, Meo… Jusqu’ici tout va bien… En revanche, la complexité du sommaire ne permet pas de cerner, de manière limpide, les diverses disciplines et les protagonistes qui agissent pour valoriser le rap, la danse, le graffiti, le djing et le beatbox. D’ailleurs cette dernière discipline n’est même pas évoquée par l’auteur. C’est le rap et donc ses rappeurs qui occupent une place de choix. Mais des interprètes qui étaient sur le devant de la scène (et qui le sont encore aujourd’hui), ne sont pas mentionnés, volontairement ou non. Les deux premières générations de Mcs (années 80 et 90) sont plutôt gâtées. Par contre, nous avons l’impression que les années 2000 se réduisent à Orelsan, 1995, Grems, Black M, Fixpen, L’entourage, Keny Arkana ou Maître Gims. Et pourtant force est de constater que le hip-hop français est toujours prolifique et créatif, surtout ces dernières années. Comment oublier Tito Prince, Hippocampe Fou, Melan, Seth Gueko, Ayenalem, Georgio pour nous citer qu’eux. Et la liste est longue…

À propos du Djing, Pone, Junkaz Lou, Cut Killer, Sidney, Dj Fab, Dee Nasty et Dj Mehdi (RIP) représentent, selon Thomas Blondeau, toute la culture hip-hop française. Certes ces personnages sont importants, mais nous nous demandons si l’auteur n’a pas omis de nombreux points. Par exemple le turntablism français, qui brille sur les podiums des compétitions mondiales de scratch, est complément occulté. La culture graffiti en France se résume ici à quelques photos du terrain vague de la Chapelle, et à Oeno avec le crew VEP. Peu ou rien sur les beatmakers français… Ah si une minuscule photo de 20syl ! La phrase « Le breakdance français pèse lourd à l’international ! » de Ali Ramdani AKA Lilou est mise en exergue. En revanche le journaliste s’attarde seulement sur quatre pages pour cette discipline. Combien de pages auraient été dédiées à la danse si ce genre n’avait pas pesé autant à l’étranger ? Aucun chapître n’aborde le lifestyle (vêtements, sneakers, bijoux). Dernier bémol, les femmes sont très discrètes. Certes le livre « Fly Girls », sous-titré Histoire(s) du Hip-Hop Féminin en France, leur est déjà dédié.

À l’heure où la France se place à l’avant-garde en ouvrant des centres culturels hip-hop à Lille puis récemment à Paris on se demande, à la veille des fêtes de fin d’année, si ce livre n’a pas été conçu trop rapidement pour remplir les rayons des librairies… Ce qui est certain c’est qu’il ne sera pas une référence chez Star Wax. Sauf pour quelques clichés qui justifient, à eux seuls, l’achat de cet ouvrage. Concernant cet aspect, tout le monde tombe d’accord. Nos confrères de thebackpackerz.com en font même l’éloge.

Ci-dessous Dj Mehdi et des membres du 113, en studio.
445_hhunehistoirefrancaise03
Ci-dessous, réunis autour du frontman, Les News Génération Mc
445_hhunehistoirefrancaise
Stomy Bugsy,Dj Ghetch, Hamed Daye et Passi (Ministère A.M.E.R – circa 1991)
445_hhunehistoirefrancaise00

Supa Cosh…