Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

FUCK BUTTONS / SLOW FOCUS

FUCK BUTTONS / SLOW FOCUS

labelATP Recordings

FUCK BUTTONS / SLOW FOCUS

album

Après quatre ans d’absence, les deux Anglais de Fuck Buttons signent leurs retours en grâce avec leur troisième album « Slow Focus », qui fait suite au déjà immense « Tarot Sport ». Les natifs de Bristol, qui passent ici à l’autoproduction, accouchent une nouvelle fois d’un monument bruitiste qui prolonge la construction de leur assourdissante cathédrale électronique, aux frontières du shoegazing pour androïdes. Si leur production rend la musique moins abrasive que sur leurs précédents péplums produits par Andrew Weatherall, la violence des instrumentaux et de leur drone apocalyptique continuent d’hypnotiser l’auditeur et de lui caresser les tympans avec du papier de verre. Leur musique aux frontières de la schizophrénie oscille entre lumière et noirceur, éveil ou descente aux enfers. Si leur précédent album laissait le temps à nos acouphènes de pénétrer leur sombre univers, cette fois le démarrage de « Slow Focus » vous colle une baffe d’entrée avec le morceau « Brainfreeze », rythmique électronique sinistre et dévastatrice d’une violence effroyable. « Year Of The Dog » et « The Red Wing » nous ramènent ensuite sur terrain connu, avec bidouillages technoïdes et noise- électronique. S’en suit « Sentients » et sa rythmique post-industrielle à faire pâlir Aphex Twin. L’immense « Prince’s Prize » résume à la perfection le son de Fuck Buttons, où le conflit entre ambiance mélodique lumineuse et sonorités tortueuses n’a jamais été aussi bien représenté. L’album se termine par deux longues plages hypnotiques que n’aurait pas reniées un Mogwai en version post-techno. Avec cet album, Fuck Buttons est mine de rien en train de devenir une référence en musique électronique expérimentale. Grand, éprouvant, exigeant, passionnant et ô combien important. (S.F)