Starwax magazine

starwax magazine

newsjuin-2018

CHEIKH LO ET ALI FARKA TOURE DISPONIBLES EN 33 TOURS

CHEIKH LO ET ALI FARKA TOURE DISPONIBLES EN 33 TOURS

Posté le

World Circuit édite pour la première fois en 33 tours « Né La Thiass », coup d’essai du Sénégalais Cheikh Lô et « The Source », pierre d’angle de la discographie du Malien Ali Farka Touré. Bijoux du patrimoine musical africain, ces références sont complétées par des livrets conséquents avec photos en couleur. La démarche est fastueuse, d’autant qu’un coffret de cinq vinyles d’Ali Farka Touré est déjà prévu pour l’automne.

Artisan d’un registre cubain populaire (Buena Vista Social Club…), havre pour les grandes voix d’Afrique de l’Ouest (Oumou Sangaré…) et creuset multiculturel (Trio Da Kali et le Kronos Quartet…), World Circuit est un label-clé en matière de musiques du monde. Depuis quelques mois Nick Gold, le patron de la firme britannique, puise dans les multiples signatures du catalogue et propose des albums souvent édités pour la première fois en vinyle. C’est le cas de « Né La Thiass », l’opus inaugural de Cheikh Lô (photo ci-dessous). Pressée à l’occasion du dernier Disquaire Day, cette session s’est étalée sur cinq ans avant de paraître au mitan des 90’s. Produit par Youssou N’Dour, le disque réunit la fine fleur des musiciens sénégalais, au travers de l’infatigable Super Etoile. Canevas de sonorités électriques et acoustiques, ce Lp privilégie les rythmes latins, très populaires à Dakar. La plage titulaire et ses guitares enjôleuses ou le flamboyant « Set », interprété en duo avec Youssou N’Dour, confirment le phénomène. D’abord diffusé au format musicassette, l’enregistrement sera ensuite gravé à l’international, via un mixage différent. Mais c’est bien le son live originel qu’on retrouve sur cette édition vinyle. Elle est d’ailleurs illustrée par le visuel de la cassette d’époque…

702-cheikh-lo

Autre figure du label World Circuit, Ali Farka Touré opère un virage artistique avec « The Source ». Paru en 1997, ce disque fait la transition entre « The River », le recueil fondateur et « Talking Timbuktu », l’album de la reconnaissance mondiale. Dotée d’une pochette gatefold, la récente édition vinyle permet ainsi de (re)découvrir les talents de compositeur du bluesman malien, entouré pour la première fois par un orchestre. La production est dépouillée mais reflète la richesse culturelle ambiante. « Dofana » et le majestueux « Goye Kur » font ainsi partie des plages marquantes. Invité de taille, Taj Mahal conforte les liens entre les gammes pentatoniques et les mélopées sahéliennes. Alors que le producteur électro-jazz Nitin Sawhney est convoqué aux tablas. À noter qu’un album d’inédits du guitariste songhaï paraîtra en novembre prochain. Et qu’un coffret composé de cinq 33 tours extraits du label Sonodisc suivra. Enfin le mini-Lp quatre titres « Sahel », enregistré en 1975 par Ali Farka Touré avec Inna Baba Coulibaly, est toujours disponible. Avis aux fans.



Par Vincent Caffiaux