Starwax magazine

starwax magazine

archivesaoût-2018

CDMX BAR-CLUB & ROOFTOP GUIDE

CDMX BAR-CLUB & ROOFTOP GUIDE

Posté le

Mexico regorge de musiques, plus variées les unes que les autres. Des rythmes afro-latin au jazz sous influence rock, tu peux aussi bien danser la cumbia ou le lindy hop dans la rue que sur les tempos des musiques électroniques dans les club huppés. Cet article, extrait du Star Wax 47 spécial Mexico, répertorie autant les salles géantes, les festivals emblématiques que les Sonidos et des spots underground. Ainsi, en vous connectant aux pages web de ces lieux… et des activistes, vous saurez rapidement quelles soirées fréquenter lors de votre séjour à Cdmx.

Introduction
Les populations africaines et orientales sont quasiment invisibles à Cdmx. En revanche l’influence caribéenne est bien présente. La jeunesse est surtout fascinée par les tendances lancées depuis les États-Unis. Et pourtant les soirées hip-hop sont plus rares que les sounds reggae. Le calendrier concernant les autres musiques électroniques est plus dense en événements. Mais les musiques latines prédominent. Entre les traditionnelles soirées de rue organisées par les sonideros, qui parfois rassemblent des milliers de personnes, et les soirées latin bass plus intimes, il y a également A Mover El Bote, une mensuelle organisée par Selecta Tropicaza. Actuellement les quartiers les plus dynamiques en termes de soirée underground sont Condesa et Roma, où sont implantés de nombreux bars. Les quartiers de Cuauthémoc, Juarez, San Rafael et le Centro Historico ne sont pas en reste. Les soirées proches de l’aéroport sont sans fioritures. En général les prix oscillent entre 40 et 250 pesos pour les espaces intimistes… Dès que les salles sont plus grandes, comme c’est le cas pour Sala Corona, les billets sont un peu plus chers. Pour connaître les dates des sonidos cliquez ici. Si le site n’est pas actualisé, nous vous conseillons le quartier de Peñón de Los Baños qui est l’épicentre du mouvement sonideros de la capitale. Sinon ça danse souvent sur les marchés comme le mercados de la Merced ou le mercado Rio Blanco. Parfois des cours de danse sont programmés dans la rue. C’est actuellement le cas dans le parc de Plaza la Ciudadela Jose Maria Morelos y Pavón.

Stades et complexes
Comme pour toutes les mégapoles, d’immenses salles trônent à Cdmx. Le stade de baseball Foro Sol sert parfois de lieu de concert pour des artistes internationaux. Sinon il y a l’Arena Ciudad de Mexico. Inaugurée en 2012, cette structure peux contenir jusqu’à 22 000 personnes. Suivent le Pepsi Center, qui équivaut à un Zénith, ou bien encore le Cancha Hermanos Carreon qui, fraichement restauré, est le plus grand complexe de baskeball de la ville. De taille plus modeste, l’Auditorio BlackBerry a également pignon sur rue.

702-cdmx-guide-

Festivals
Des organisations internationales organisent leurs festivals à Cdmx. C’est le cas du Meeting of Styles. Affiche dévolue au graffiti, elle prend possession des rues du centre historique (photo ci-dessus). Et d’Electric Daisy Carnival, fin février, ou du festival canadien Mutek qui se déroule à l’automne. Celui-ci propose des performances digitales audiovisuelles. Toujours dans le répertoire techno et house, il y a The Social Festival Mexico… Le Bestio est un festival plutôt orienté rock et musiques expérimentales. Il diffuse également des films. Parmi les mastodontes, en plein-air, il y a Vive Latino festival (Cf. vidéo ci-dessus). Autre option, le magazine musical Marvin organise un festival éponyme. Dans un autre registre et plus intimiste, il y a Latinos Con Soul, organisé par le disquaire Discodelic, pendant deux jours. Pour la communauté reggae le grand rendez-vous annuel est le Distrito Zion Fest, à Expo Santa Fe. Ou encore le Reggae Live Festival et Foundation Reggae Festival mettent à l’honneur la jamaïque. Cette scène est importante, il y a de nombreux sound systems qui se produisent régulièrement dans tout le pays. Connectez-vous à reggaemexicano.com. Sinon la culture hip-hop est un peu le parent pauvre. En revanche Phono est aujourd’hui l’organisation la plus dynamique du genre. Paul et sa team organisent des battles de rap (Voz Contra Muro), de beatbox, des concerts et des soirées. Dernièrement, Phono a fait venir Dj Maseo (De La Soul). Et organise Grill-Hop, un nouveau rendez-vous pour fédérer les activistes hip-hop et ceux de la street food… Depuis 2018, le festival internacional de jazz de Cdmx bat son plein, au mois d’avril (entrée gratuite). Sinon les concerts Grrrl Noise mettent en avant les artistes rock féminines. L’esprit fusion prédomine. L’affiche de la première édition annonçait ainsi Sotomayor, un groupe local qui mixe latin-ska et musique électronique. Pour finir Sneaker Fever, à Expo Reforma, est le rendez-vous annuel exclusivement dédié à la sneaker. Il s’étale sur 4000 mètres carrés. Trouvez le flyer de l’édition 2018 de Sneaker Fever, ci-dessous. Puis divers flyers de soirée à Cdmx, printemps 2018.

702-cdmx-sneaker-event
702-cdmx-fly-01
702-cdmx-fly-02
Bars, clubs et soirées underground
La plupart des établissements proposent une programmation éclectique. À l’exception du Yu Yu, nouveau venu dédié surtout aux Djs house et techno. Et du Foro Normandie, un club au design industriel qui propose des soirées principalement avec des artistes internationaux techno et house (Ellen Allien, Nicola Cruz…), même si Grandmaster Flash, par exemple, y a déjà été programmé. Concernant la scène rock elle se retrouve au Multiforo Alicia, une sorte de CBGB à Cdmx. Sinon voici une liste non exhaustive mais vivement conseillée pour vous aider à trouver LA soirée : Le Centro Cultural Espana, Pulqueria Insurgentes, Pasagüero, Salon Paraiso, Multiforo 246, Foro Cultural Hilvana, Rabioso, Americana Club Social, Azotea Acapulco, Noche Negra, El Plaza Condesa, Foro Indie Rocks, Central Funk, Rustik Cdmx, Studio One, Kaya Bar, Leonor, Frida La Suavecita, AM Local, Dinsmoor, Pata Negra, Salon Rios… Il existe d’autres établissements de nuit, où les portiers ont une politique vestimentaire plus stricte, par exemple les talons aiguilles obligatoires pour les femmes… C’est le cas au Be York, pour les soirées reggaeton et hip-hop, au Sens DF ou encore au rooftop M.N Roy.

Du côté des organisateurs, la boutique Soul SNKR cale les rendez-vous Kicks & Party. Elisse et Carlos, les boss de Discos Dedos Sucios (interview ici), organisent régulièrement des soirées qui s’étalent des 50’ aux 70’s et qui répondent aux noms de Hipshakers !, Girls Got Soul ou Bombo y Maracas. La scène global bass est représentée par Le Ronca Records qui organise Fritanga, la soirée la plus en vue du genre. A ce titre découvrez un documentaire sur la scène global bass au Mexique, en cliquant ici.

Dans le centre-ville, la scène rap et plus discrète que celle consacrée au reggae. Les sound systems actifs sont Om Mani Padme, Female Power Sound (ci-dessous photos lors du 4ème anniversaire – par Rodolphe Bouleau ), Prometheus, Monkey Jhayam, Jah Sound System, Hermandad Rasta Sound System (ci-dessous photo avec Burro Banton @ Cultural Roots Reggae Club) pour ne citer qu’eux. Sound Fire System distille, depuis deux ans, une émission web chaque jeudi sur www.cabina420.com. Sinon le site rootsland.com est régulièrement mis à jour. Enfin si vous aimez le reggaeton, le Dj hype est Rosa Pistola du collectif Perreo Pesado.

702-cdmx-femalepowersound-01
702-cdmx-femalepowersound-02
702-cdmx-femalepowersound-03
702-cdmx-soundsystem

Rooftops
Il fait chaud presque toute l’année, donc évidemment les soirées sur les toits sont fréquentes. Elles sont souvent dotées d’un restaurant et parfois c’est le rooftop d’un hôtel qui peut servir, avec piscine. La programmation est variée et il y a essentiellement des Djs. Certains d’entre eux demandent une carte d’adhérent ou un droit d’entrée. Le plus dynamique est la Terraza Catedral (photos ci-dessous). En ce moment les soirées récurrentes sont Sounds Of Earth, Koala Music, Jungle Empire, Get Move ou encore Casa Disco où les Djs mixent exclusivement des vinyles. La rue Madero, également dans le centre historique, propose plus d’un rooftop et il y en a pour tous les goûts. Dans le même quartier, il y a la Terraza Regina. Sinon Downtown México Rooftop Bar est magnifique. Tout comme le Balmori Roofbar, l’Americana, le Campobaja, le Brooklyn Rooftop, le Roof 181, ou encore celui du Centro Cultural de España.

702-cdmx-rooftop-03
702-cdmx-rooftop-02
Pour finir, si vous ne trouvez toujours pas votre bonheur visitez les sites
www.rocketsmusik.com
www.indierocks.mx
revistapicnic.com.
Oule site de la radio FM Rmx


Par Supa Cosh…