Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

BRONX SLANG / BRONX SLANG LP

BRONX SLANG / BRONX SLANG LP

labelFabyl

BRONX SLANG / BRONX SLANG LP

album

Puiser son inspiration dans le hip-hop new-yorkais et signer sur un label londonien, il faut oser. D’autant plus lorsqu’on s’appelle Bronx Slang. Le duo, composé de Jerry Beeks et Ollie Miggs, nous livre un premier album éponyme audacieux sur Fabyl, un tout jeune label porté par le producteur Nick Faber, trente ans de métier au compteur. Le Bronx présent dans leur nom est omniprésent dans leur disque, autant dans les sonorités que dans les textes. Il n’y a qu’à regarder de plus près les titres de leurs morceaux : « Excuse Me Officer », « Black Captain America », « Bronx Was Burning »… pour savoir de quoi on parle.
Après plusieurs sorties remarquées depuis l’an dernier, que ce soit la compilation « Arrival », première release officielle de Fabyl, ou le single « Run Away Sucker » en février dernier, Bronx Slang nous apporte 12 titres au groove suintant et à la rythmique lourde. Ils sont portés par des lignes de basse ultra-funky et des samples aux accents soul, jazz voire orientaux (« High Alert »), à l’ambiance 70’s bien musclée tout en s’autorisant une petite virée mélancolique (« Excuse Me Officer »). Inspiré notamment par le « I Need A Beat » de LL Cool J, l’esprit old-school des productions sert à merveille les lyrics des deux Mc’s : punchlines audacieuses, name dropping bien placé, critique des réseaux sociaux et du gouvernement américain… Le rap actuel et engagé de Bronx Slang se marie parfaitement au boom bap produit par leurs soins.
Ce qu’on retiendra de ce premier album, c’est un véritable retour aux sources, aux racines du hip-hop made in NYC, à l’encontre des rythmiques trap et des voix autotunées qui font le succès des rappeurs d’aujourd’hui. Comme s’amusent à le dire les deux membres du groupe : « Si le hip-hop est mort, alors c’est un tout nouveau départ ». On prend les mêmes et on recommence ?

Par Loîc Pineau

445-bronxslang-inner