Starwax magazine

starwax magazine

archivesaoût-2014

VIDEO / <br/>TEST BEATSTEP

VIDEO /
TEST BEATSTEP

Posté le


Aujourd’hui, l’utilisation des contrôleurs Midi n’est plus étrangère à la plupart des musiciens et producteurs. Devenues de plus en plus abordables au fil des ans, les interfaces actuelles continuent de réduire l’écart entre l’homme et la machine. Ceux qui, comme moi, aiment travailler avec du hardware, auront remarqué une abondance de nouvelles machines qui réussissent à maintenir un bon équilibre entre la technologie d’antan et un esprit novateur. Le Beatstep d’Arturia s’avère beaucoup plus polyvalent que ce à quoi on pourrait s’attendre, avec sa construction robuste et sa grand capacité comme sequencer Midi / CV.

Au départ, je m’étais dit qu’il serait un peu superflu d’ajouter un séquenceur aux machines que j’utilise déjà, mais, je dois avouer que le Beatstep est particulièrement maniable comme outil, quand il s’agit de jouer des séquences préparées ou programmées en direct. L’expansion actuelle de synthés analogiques sur le marché rend cohérent la sortie d’un séquenceur qui fonctionne en CV en plus du Midi standard. Les propriétaires de synthés analogiques seront ravis de découvrir cette machine qui ouvre de nombreuses possibilités supplémentaires, avec ou sans ordinateur.

L’interface est solide, dotée de 16 potards (« encodeurs »), assignables à n’importe quel paramètre ou fonction Midi. Ils sont utilisés également pour changer le pitch (hauteur) des notes, en mode séquenceur. Un grand bouton rotatif vous permet de modifier le ‘Tempo Rate’ et de transposer la séquence pendant qu’il joue, en mode séquenceur.

Il y a 8 petites touches spécifiquement consacrées aux contrôles tels que Stop, Play, Synchronisation Externe (On / Off), pour alterner entre modes Séquenceur / Control, ‘Recall’ pour rappeler une séquence de la mémoire et ‘Store’ pour sauvegarder une séquence sur un des 16 pads. Appuyer sur la touche Shift (en mode séquenceur) donne accès à 8 types de gammes chromatiques, 4 modes de lecture différents, 4 options Step Size et Pattern Length. Avec le logiciel « Midi Control Center » (à télécharger gratuitement chez Arturia), vous pouvez modifier, sauvegarder et rappeler vos séquences et régler d’avantage de préférences.

L’aperçu rapide que j’ai eu sur le beatstep en tant que contrôleur Midi ne m’a pas déçu, jouer de la batterie dans Ableton live m’a montré la réactivité des pads, sensibles à la pression et à la vélocité, plus douce et agréable que pas mal d’autres contrôleurs. L’un des points forts du Beatstep est le fait qu’il est également conçu pour fonctionner de façon autonome, sans ordinateur, alimenté via USB (un simple chargeur de téléphone avec une prise USB suffit). Sur le coté gauche de l’appareil, il y a trois prises mini-jack à côté de la connexion USB : Midi Out (un adaptateur est fourni avec une prise Midi-DIN standard) ainsi que CV Out et Gate.

702-beatstep02

En mode séquenceur, les notes jouent ‘pas-a-pas’ (façon « step sequencer »), représentées par les 16 pads… sans lumière si désactivés, bleu flamboyant en état actif. Chacun des 16 potards contrôle la hauteur de la note correspondant (l’encodeur 3 change le pitch du pad 3, etc). Il est très pratique de pouvoir entendre la note sélectionnée directement (quand la machine est à l’arrêt).

8 types de gammes (« Scale Types ») sont présentées sur les 8 pads du haut (« Chromatic, Major, Minor, Dorian, Mixolydian, Harmonic Minor, Blues, User »), avec une place prévue pour une gamme personnalisée. La sélection d’une Scale Type détermine les notes permises par le type de gamme choisi. Malgré ce qu’on pourrait imaginer, on arrive a s’habituer a cette façon de travailler les mélodies « à l’oreille », sans clavier (ni ordinateur, si on le veut !)… C’est agréablement simple et instinctif.

Les 8 pads du bas sont consacrés à encore d’autres fonctions. Comme certains arpégiateurs, « Pattern Mode » change l’ordre, et donc le motif des notes qui jouent. Il y a Forward, Reverse, Alternate (aller et retour) et Random. Step Size permet de diviser ou doubler la vitesse de lecture (x2, x4), pour faire de plus longues mélodies ou créer des arpèges rapides, par exemple.

Un petit plus que j’avais remarqué en synchronisant le Beatstep et Microbrute via CV est que l’on peut transposer la mélodie entrante avec les touches du clavier du synthé ! La dernière mise à jour du firmware ajoute la possibilité de gérer encore plus de paramètres sur l’interface, tels que Legato, Swing et Gate Time. (Bravo les gars…). Finalement, le principal détail gênant, qui pourrait faire hésiter certains, serait l’absence d’une option « Synchro In » (CV ou Midi)… Mais avec toutes les possibilités déjà incluses, cette machine a un potentiel créatif surprenant, surtout pour moins de 100 euros TTC !

En conclusion le BeatStep est un condensé de technologie aussi bien pratique pour les musiciens avertis qu’utile pour faire découvrir rapidement au néophite le principe des gammes sans maîtriser pour autant le solfége. Chapeau bas et bon anniversaire à Arturia, société française, qui célèbre quinze ans d’innovations. (Par Dj Seep)