Starwax magazine

starwax magazine

newsjanvier-2019

INTERVIEW / ANIMANZ AND JUANITA EUKA

INTERVIEW / ANIMANZ AND JUANITA EUKA

Posté le

Récente signature du label Tru Thoughts, Animanz délivre un mix funk-rock inédit, teinté de psychédélisme et de rythmes afro-latins. Emmenée par la flamboyante Juanita Euka, la formation britannique incarne avec brio le melting pot londonien. À l’occasion de la sortie de leur premier album « Exotic Other », les cinq membres du groupe évoquent cet enregistrement, leurs multiples influences et le circuit musical du jour.


Exotic Other
Nous avons grandi dans l’agglomération londonienne, à l’exception de Juanita qui est née au Congo et a été élevée entre l’Argentine et le Royaume-Uni, avant de s’installer à Londres. « Exotic Other », le titre de l’album, reprend une expression anthropologique. Elle traduit la quête d’autres cultures, les singularités induites et cette fascination pour l’autre, en interaction avec les cadres ambiants. Si pour Juanita les sonorités afro-latines font partie de son éducation, ce registre reste à nos yeux fascinant. Il alimente un creuset multiculturel qui nous est cher.

Les influences
Des groupes comme The Clash Ou Gang of Four ont un ascendant sur notre processus créatif et nos enregistrements. Tout comme la grime qui est train de renaître. En fait lorsque nous avons rencontré Dizzee Rascal et Kano (deux figures du genre, Ndlr), ils étaient alors classés dans les charts. Et lorsque le label Tru Thoughts a demandé si nous voulions revisiter ce répertoire, le choix s’est naturellement porté sur ces interprètes. Quant à notre définition du psychédélisme, elle se résume par tout ce qui extirpe du mirage de la réalité. Enfin l’influence de l’Afrique est marquante. Juanita : Franco, le maître de la rumba congolaise, était mon oncle. Il était très proche de mon père et mon père l’aimait beaucoup. Ma famille est vraiment fière et honorée de tout ce qu’il a accompli. Sa production est remarquable. Son répertoire témoigne d’une époque riche. Il est, depuis, un trésor musical pour le Congo. Il reste une grande source d’inspiration pour moi en tant qu’artiste. Son héritage vivra pour toujours.

702-covers-animanz

Circuit musical et projets
L’industrie musicale, telle que nous la connaissons, a moins de cent ans. Pourtant avec l’explosion d’Internet, ce marché économique est devenu incertain. À ce titre, le retour du vinyle est une belle surprise et montre à quel point les gens peuvent être impliqués dans la musique plutôt qu’être de simples consommateurs. Concernant un album qui se détacherait, vaste question… Nous dirons «Order of Nothingness» de Jimi Tenor (musicien finlandais remarqué auprès du batteur Tony Allen, Ndlr). C’est un excellent disque, sorti en 2018. Sinon nous travaillons actuellement sur des remixes d’ « Exotic Other » et sur de nouveaux morceaux pour le prochain album. Beaucoup de concerts sont prévus, notamment à l’étranger. Nous avons également différents projets, en parallèle. Outre Animanz, Juanita joue avec Wara et le London Afrobeat Collective. Josh est active au sein de The Musical Dojo Band. Max écume les clubs avec High Wasted Genes, un groupe punk. Et Marc rejoindrait prochainement le duo électro Party Food.

Dans le sillage d’Animanz, Star Wax vous conseille
« Entertainment ! » de Gang of Four (1979)
« Sandinista ! » de The Clash (1980)
« Desesperanza » des Meridian Brothers (2012)
« Zaïre 74, The African Artists » (2017)


Propos recueillis par Vincent Caffiaux