Starwax magazine

starwax magazine

Alfa Mist

Alfa Mist

Mercredi 3 avril / 20:00 - 23:00 @ New Morning

Nouvel album : « Like It On Top »

Alfa Mist ou comment un album de jazz autoproduit engrange plus d’un million de vues en l’espace de trois mois. Le succès de ce second EP « Antiphon », a permis au producteur britannique de se faire connaître avec une musique à la confluence du Jazz et du Hip-Hop.
Comme beaucoup de beatmakers de sa génération, Alfa Mist a découvert le jazz grâce au hip-hop. Fan de Madlib et J Dilla, le jeune Londonien a d’abord été producteur de grime avant de s’imposer comme une sorte de Robert Glasper made in UK.

Sa musique, il la définit comme du « jazz alternatif et sombre parsemé d’éléments de hip-hop et de soul ». Proche de Jordan Rakei, Tom Misch, ou Yussef Dayes, Alfa Mist appartient à la fertile scène londonienne, celle qui rebat les cartes de la Great Black Music sans complexes. Sorti l’an dernier en autoproduction sur son Bandcamp, « Antiphon » a rencontré un succès fou sur la toile : visionné plus de 4 millions de fois sur YouTube, il s’est propagé comme un évangile du post-jazz. Il faut dire qu’à mi-chemin entre les univers de Christian Scott et Robert Glasper, l’EP rassemblait une affolante bande de musiciens anglais, de la chanteuse-bassiste Kaya Thomas-Dyke au trompettiste John Woodham. Car comme son modèle Miles Davis, le jeune pianiste-rappeur sait que le secret, c’est de bien s’entourer.

Comme beaucoup de beatmakers de sa génération, Alfa Mist a découvert le jazz grâce au hip-hop. Sa musique, il la définit comme du « jazz alternatif et sombre parsemé d’éléments de hip-hop et de soul ». C’est dans le quartier multiculturel de Newham (East London) que le jeune pianiste-rappeur a passé son enfance. De ce terreau fertile et sans frontière, il en a gardé le goût pour l’exploration comme d’ailleurs, son modèle Miles Davis ! L’artiste londonien a d’abord été producteur de grime avant de s’imposer comme l’un des artistes les plus prometteurs de la nouvelle scène jazz anglaise. Passionné par le célèbre compositeur Hans Zimmer, il affirme un goût prononcé pour les climats sombres et mélancoliques, d’où jaillit la lumière par les notes d’un fender rhodes. ! Et sur scène, c’est encore plus beau. Un jazz introspectif, mature, cosmopolite, qu’il présente en quintet, embrassant son époque entouré de musiciens aussi inventifs que lui. London is calling.

== Line up ==
Alfa Sekitoleko (Piano), Dornik Leigh (Batterie), Kaya Thomas-dyke (Basse, Voix), Jamie Leeming (Guitare), John Woodham (Trompette)

Tarifs : Tarif New Morning : 24.80€

Billetteries :
Billetterie New Morning


Chargement de la carte ....