Starwax magazine

starwax magazine

ACTRESS / AZD

Posté le
Darren Jordan Cunningham tel est son nom ! Depuis une douzaine d’années, il officie sous le pseudo d’Actress pour distiller sa vision de l’électronique ! Il est le propriétaire du label Werk Discs sur lequel il édite la plupart des titres de sa discographie. Après quelques escapades chez Honest Jon’s, Prime Numbers ou encore Studio !K7 (sa DJ-Kicks en 2015 reste mémorable), c’est sur Ninja Tune qu’il sort son cinquième album : « AZD ». Le travail du Britannique Actress est une subtile réinvention de ses influences musicales, tant house, hip-hop, IDM que techno. Il y injecte ce je-ne-sais-quoi d’abstrait. Tu te dis qu’à l’écoute ça sonne super old school puis en fait non, le son est résolument moderne dans le traitement et le mixage. Actress, c’est du Aphex Twin (ou du Dopplereffekt) à la fois dansant et planant, si on peut résumer ainsi. Totalement instrumentaux, les douze titres de « AZD » sont plutôt sombres et sci-fi, comme sur « Dancing In The Smoke ». Deux pièces maîtresses se distinguent : « X22RME » et le long « There’s An Angel In The Shower », exemple parfait du morceau stratifié, où chacun peut fixer son attention sur la couche sonore choisie. Le rendu est terrible sur un sound system. Un grand album, certifié fat avec Star Wax !

445_azd-actress

Par Dj Barney From Vernon


STAR WAX MIX 25 BY BENITO TURNTABLE

Posté le
Benito nous offre un mix exclusif composé entièrement de titres instrumentaux extraits de sa collection de vinyles, entre hip-hop jazzy, boom bap et breakbeat. Une riche sélection rendant hommage à des beatmakers français et américains. Un set plutôt downtempo, certifié fat par Star Wax. Clique ci-dessous pour lancer le streaming et ou clique ici pour en savoir plus sur Benito Turntable, un activiste français du hip-hop installé au Canada. Site officiel benitoturntable.com

702-swm25-

TRACKLIST
01-Jazz Liberatorz « A Paris »
02-Jazz Spastiks « Flying »
03-Exil « We Can Do It »
04-Dobie « B-Boy Anthem »
05-Madlib « Slim’s Return »
06-Klaus Layer « Lalala »
07-Rob Swift « The Great Caper »
08-Fat Jon « No »
09-Lee Stone « Hell »
10-Dj Spinna « Terror Works »
11-Saneyes « Universal Sion »
12-Powel « Sound Of The City »
13-Kero One « Just Groovin’ Homes »
14-Architect « B-Boy 7000 »
15-The Jackson 5 « I Want You Back (Z-Trip Remix) »
16-Masters At Work « The Buddah Chant »
17-Frankie Numi « On & On »
18-Dynamic Syncopation « Dynamism »
19-Four Tet « As Serious As Your Life »
20-will. i. am « Control Tower »
21-Funky Bijou « Drummond »
22-Dj Marrrtin « Run That Ishhh »

Par Supa Cosh…



PLUGIN ALLIANCE TEST / DJ CLAIM

Posté le
Plugin Alliance est un site qui regroupe plus de 80 plugins, conçus pour la majorité à partir de machines hardware très haut de gamme. Quinze constructeurs collaborent avec eux et avec toute une communauté de musiciens et d’ingénieurs du son. Allez voir sur leur site plugin-alliance.com parce qu’ils ne font pas que vendre des produits et vous dire qu’ils sont bien. Ils vous proposent, en plus des tutoriels, des cours sur le mix ! Certains plugins sont chers, d’autre plus abordables, mais s’ils vous intéressent, je vous conseille de vous abonner à leur newsletter, car ils font souvent des promos, et quand je dis des promos, ça va des fois jusqu’à moins 88%.
J’ai sélectionné dix plugins parce que les passer tous en revue prendrait un temps considérable et qu’en plus personne ne lirait l’article jusqu’au bout. Et pour passer de 80 à 10 plugins, j’ai dû faire des choix : exclure tout ce qui concerne les effets de guitare, qui feront certainement l’objet d’une autre chronique, exclure tous les outils de mastering… Donc il y a des constructeurs dont je ne vais pas parler, même s’ils sont extrêmement bons et célèbres. Après avoir lu cette chronique, gardez en tête que ce n’est certainement pas un top 10, et qu’il y a sur leur site plein d’autres bijoux, tous aussi prestigieux que ceux que je décris ici.



ACME AUDIO OPTICOM XLA-3 (299 dollars)
702-acme-opticom Bon là je commence avec du lourd. Émulation d’une machine bien fat. Compresseur optique, à lampes. Le principe est simple, il y a deux potards, à savoir le niveau d’entrée et celui de sortie. Fin.
Non je rigole, il y a un peu plus, notamment un sélecteur très élégant, à trois positions. Cette machine n’a pas de réglages de seuil ou d’ADSR, mais trois présélections, qui proposent des réglages fixes. Sur la position low, l’attaque est douce, le decay tranquille, le son clair et agréable, on peut monter le gain de sortie à fond, il n’y aura pas UN bruit. La position normale a une attaque plus vive, les aigus et mediums sont un peu boostés, et dans le release, Tout ce qui est en dessous de 300Hz subit une distorsion. En position fast, l’attaque est agressive, le decay est instantané, et les aigus et mediums sont agressifs, les basse distordus, et au release, ttout ce qui est de dessous de 3kHz subit une distorsion également. Cette distorsion est tellement bien que la société propose même un moyen de l’avoir sans la compression. Personnellement j’aime particulièrement la compression claire. Elle est ultra-efficace et très propre.


ELYSIA MPRESSOR (199 dollars)
702-elysia-mpressor Ce compresseur a été conçu à la demande des utilisateurs de l’alpha compresseur (disponible chez Plugin Alliance également). C’est un compresseur, mais avec quelques trouvailles en plus. Il possède un réglage de seuil avec son side chain, un réglage du temps d’attaque avec une fonction appelée auto fast qui réduit ce temps automatiquement lorsque le signal d’entrée donne une impulsion particulièrement rapide, et un réglage du temps de release dont on peut switcher la progression entre une courbe linéaire ou anti logarithmique grâce à un bouton appelé anti log. Ça nous permet d’obtenir facilement cet effet de pompage qu’on nous interdit de faire à l’école, et grâce auquel des milliers de morceaux électro crèvent les plafonds des ventes. Le make up gain est tellement silencieux qu’ils ont rajouté un switch permettant de simuler le bruit de fond de la machine analogique. Une EQ assez spéciale est également proposée. Autour d’une fréquence sélectionnée (que l’on peut multiplier par dix avec un switch), on va simultanément monter le gain des fréquences situé au-dessous, et baisser le gain des fréquences au-dessus en tournant le potard vers la gauche (et à l’extrême, on trouve un passe bas). Une sorte de double shelf inversé quoi. Et en tournant vers la droite, c’est l’inverse : le haut monte, et le bas descend, jusqu’au bout où là, on retrouve un passe haut. Et enfin, le gain réduction limiter, qui ne s’applique pas au signal audio directement, mais au process de compression. On va lui dire que, quoi qu’il arrive en entrée, la compression appliquée au signal ne sera pas plus grande que n’importe quel niveau de décibels choisis.


ELYSIA NVELOPE (199 dollars)
702_elysia-nvelope Voici un plugin qui peut rendre bien des services. Il sert à jouer avec l’enveloppe des sons. Plus précisément, il nous permet de changer le niveau de l’attaque et du sustain des sons qui passent dedans, sur une dynamique allant de plus où moins 15 dB. Votre charley a une attaque un peu molle et un sustain trop prononcés ? Pas de problèmes : deux potards et paf ! : le tour est joué. En mode dual band, on va encore plus loin. C’est le même principe, sauf que ce changement de dynamique peut être appliqué autour d’une fréquence précise choisie dans un spectre allant de 20Hz à 8kHz. On bénéficie également d’un troisième mode qui transforme la machine en un double Shelf EQ. Et ça pour le coup… je n’en ai pas compris l’intérêt, vu que ces filtres ne peuvent pas s’appliquer en même temps que les autres modes.


UNFILTERED AUDIO SANDMAN PRO (99 dollars)
702_sandmanpro-black Bon là, bien qu’il génère un peu de bruit, ce plugin, c’est mon petit chouchou. Un delay, avec sept modes possibles et chaque mode a ses propres paramètres. Le tape delay, le moderne instant, (pour salir un peu le son, faire des effets de time stretch ce genre de choses) un pitch shifter delay, suivit d’un glitch shifter delay, qui agit comme le précédent, mais… n’importe comment, de manière imprévisible. Ensuite, nous avons le multi-tap delay (sorte de delay séquençable en quelque sorte), puis un revers delay. Le septième mode, no echo, est en fait un bypass. Pourquoi mettre ça dans la liste des modes delay ? Je ne sais pas. J’aurais préféré un bouton bypass directement accessible. Mais bon, passons… Car le pluging ne s’arrête pas là. Après les delays, nous avons ce qu’ils appellent le sleep buffer. Quand on clique sur sleep, le sandman « freeze » un des buffers du son qui passe et le joue en boucle. Là ça devient intéressant, car une fois que cette boucle est lancée, on peut, si on veut, couper le delay qui tournait (le fameux mode no echo) ou même carrément faire pause, et laisser tourner uniquement la boucle. Les points d’entrée et de sortie de cette boucle peuvent être changés, la boucle peut être inversée. La découpe du sample, bien nette à la base, peut être atténuée par un fade in et out, et tout ce son peut passer dans des filtres HPF et LPF. Ensuite, une section echoes permet de créer un feedback du delay ou un X feedback qui est la même chose, mais la voie gauche part en feedback dans la voie droite, et inversement. En sortie, la fonction soft clip atténue un peu les clics numériques provoqués par le sleep buffer, un potard width permet d’élargir la stéréo. Et on peut convertir cette sortie stéréo en sortie M/S. C’est génial, mais en fait ce n’est pas ça qui m’a vraiment intéressé. Ce qui a attisé ma curiosité, c’est lorsque j’ai remarqué le petit onglet modulation en bas à gauche. Lorsque j’ai cliqué dessus, la fenêtre s’est agrandit. Et là, qu’est-ce que j’ai vu ? Un LFO ! Avec quatre formes d’ondes disponibles. D’ailleurs on peut même avoir jusqu’à six LFO au total. Et chaque LFO a autant de sorties que l’on veut, et chaque sortie a son potard pour contrôler l’amplitude de l’onde. Mais pourquoi des LFO dans un delay ? Et bien c’est très simple. Chaque paramètre, je dis bien chaque paramètre de tous les modules que je viens d’évoquer, peut être contrôlé par un LFO. On peut même créer des automations, et là ça devient du délire. C’est simple, quand j’ai découvert ça, j’ai passé une heure sur le plugin à patcher mes LFOs dans tous les sens, sur le son d’un buffer qui joue en boucle. Hautement addictif.


UNFILTERED AUDIO DENT (99 dollars)
702_unfiltred-dent Vous connaissez le conseil lorsqu’on vous dit : « Surtout ne monte pas trop le gain, sinon tu vas taper dans le rouge ! ». Et bien voici un plugin qui ne marche uniquement que lorsqu’on tape dans le rouge. Faire du bruit, distordre, crêter, découper, l’outil parfait pour gratter l’intérieur de l’oreille : toujours nos six superbes LFO, toujours le délire total.


UNFILTERED AUDIO INDENT (49 dollars)
Avec un filtre et un cutoff résonnance contrôlable générés par nos fameux six LFO, on peut volontairement faire saturer le son et l’entendre de manière plus où moins doucement. La visualisation de la forme d’onde s’établit à la manière d’un oscilloscope. Du quoi ? Ah oui ! Du délire on a dit.


BRAINWORX BX METER (99 dollars)
702_bx-meter-01 Bon oui, j’avais dit pas de mastering, mais cet outil de mesure est fortement conseillé pour contrôler votre mix avant de l’envoyer au mastering. C’est d’abord un triple analyseur. Un peak meter, celui que l’on trouve partout, un RMS meter qui donne une idée du niveau global de votre mix, mais c’est aussi un dynamique range meter, qui, après un calcul entre le peak le plus haut et le niveau RMS global, nous sort la plage dynamique qu’il reste, celle que les agences publicitaires rognent jusqu’à l’os au mastering pour bien rentrer leurs messages dans votre cerveau (ça se voit que je suis contre ?). Ce plugin nous propose aussi un balance meter pour s’assurer que votre mix est globalement bien centré, et aussi un correlation meter afin de vérifier qu’on n’ait pas un problème de phase.


BRAINWORX BX SOLO (gratuit)
702_bx-solo Outil pratique pour écouter ce que donne votre mix en mono, ou pour écouter en solo la voie gauche ou la voie droite, mais au centre. On peut aussi mettre son mix hors phase pour écouter ce qu’il reste. Et en élargissant ou en rétrécissant l’amplitude de votre stéréo, on peut réduire ces résidus. Mais attention, cet outil peu ramener du souffle.


BRAINWORX BX SUBSYNTH (149 dollars)
702-subsynth Ça vous est déjà arrivé de travailler un son sensé avoir des basses fréquences mais qui… finalement n’en est pas doté ? Et même en utilisant les meilleurs EQ, ne pas obtenir une de ces fréquences ? Ce fut le cas pour le futur 7 inch « Hello Tablist » qui sera édité par Star Wax. Un des sons diggés par Dj Coshmar était juste incroyable, une ligne de basse bien groovy trouvée au creux du sillon d’un disque obscur… Une merveille à scratcher mais… sans basses fréquences. Alors j’ai sorti le subsynth… Le principe est de créer des subs de manière synthétique en collant parfaitement à l’harmonie du son de base. Un octaver quoi, mais qui ne touche qu’aux basses. En fait il divise en trois la plage de fréquences se situant entre 52 et 160Hz, et pour chaque plage, il cherche l’harmonique principale du son qui est joué, puis synthétise un sub à l’octave au-dessous. Trois nouvelles plages de fréquences sont ainsi créées : 24Hz à 36Hz, 36Hz à 56Hz, 56Hz à 80Hz. Les trois peuvent être écoutées en solo, et être trimées de 0 à +20dB (ce qui n’est pas le cas sur la version hardware). En entrée, un switch permet soit de travailler en stéréo, soit de transformer le signal d’origine en signal M/S dont on utiliserait uniquement le mid pour alimenter le synthé. La section edge, inexistante sur le hardware, permet de triturer un peu le son des subs synthétisés, de leur ajouter du drive, de modifier la dynamique, le but étant de coller le plus possible au son original. Parce que oui, la sonorité du synthétiseur peut très vite s’entendre.


BRAINWORX BX PANEQ (299 dollars)
702-bx-pan-eq Trois EQ paramétriques avec en plus la possibilité de déplacer son EQ dans la stéréo. Oui, vous avez bien lu, la bosse ou le creux créés ne sont plus obligés de s’appliquer uniquement à l’ensemble de l’image stéréo. Cet outil permet de déplacer cette correction dans l’espace sonore. Il y a de quoi s’amuser avec des automations et créer des illusions sonores intéressantes. Ou de corriger un endroit précis de l’image d’une prise de son stéréo… Restaurateurs et expérimentateurs, cet outil est pour vous.


BRAINWORX BX HYBRID V2 (199 dollars)
702-hybrid- L’Hybrid V2 est un équaliseur, mais en mieux. Cinq bandes d’EQ par côté en stéréo (ou par voie en M/S) plus deux LPF et deux HPF qui peuvent aussi devenir notch ou bell ou shelve, et être contrôlés par un joystick. Un graphique nous représente la courbe de notre EQ en rouge pour la voie gauche, et en bleu pour la voie droite. Et il nous montre aussi l’influence qu’a notre correction sur les fréquences qui sont autour. Quand on clique sur le paramètre d’EQ que l’on veut modifier (donc écouter), une écoute automatique (représentée sur le graphique sous la forme d’un gros pic jaune) est très pratique, car elle économise deux mouvements de volume. Ce serait extrêmement dangereux en live, mais bon, là on est en studio, et si cette fonction vous dérange, elle peut être désactivée. On peut équaliser au choix les deux canaux indépendamment, ou bien linkés. Si on les lie, on peut délinker le paramètre que l’on veut pour le régler indépendamment de tout le reste. Si on bypass une EQ, sa forme reste visible sur le graphique, mais en pointillés.

Bon si vous êtes encore en train de lire cet article, c’est que vous êtes vraiment des passionnés. Et si c’est le cas, retenez bien que d’autres pépites se cachent sur le site. Chaque plugin a sa version complète en essai pendant quatorze jours. Et si vous êtes perdus dans des paramètres, chaque plugin a son manuel disponible en un clic en Pdf, avec ou sans accès Internet. Plugin Alliance, un allié pour le beatmaking certifié bien fat par Star Wax.


Par Dj Claim