Starwax magazine

starwax magazine

SKULLCANDY AIR RAID /
ENCEINTE TOUT TERRAIN

Posté le
Jbl, Bose ou encore Altec, l’enceinte nomade est un marché porteur mais encombré. Pour se faire une place, la marque américaine à la tête de mort propose une enceinte bluetooth tout terrain. Avec sa coque en acier et son étui en silicone, elle résiste aux chutes, à la bière ou autre jet de liquide (dixit le fabricant) et au sable.

Skullcandy est connu pour ses casques et écouteurs de qualité. Aujourd’hui, la marque revendique l’Air Raid comme étant l’enceinte la plus bruyante de sa catégorie. Du point de vue de la conception, les enceintes de 5 Watt chacunes proposent un niveau de sortie de 88dB, l’ensemble pèse 816 grammes et semble robuste. La signature sonore est de bonne facture aussi bien dans les basses que dans les aigus. Cela dit, elle a tendance à saturer et à perdre en qualité lorsque l’on pousse le volume sonore au maximum ; une distorsion légère mais présente. À un niveau d’écoute modéré, la Air Raid offre une performance pour le moins agréable avec suffisamment de clarté pour que les fréquences soient parfaitement équilibrées. Enfin, la batterie fournit une autonomie maximale de 14 heures à bas volume et 5 heures à fond les ballons.

702-airaid-skullcandy-02
702-airaid-skullcandy-03
Côté design, la partie extérieure est partiellement recouverte d’une protection amovible en silicone. La face avant en acier la complète pour offrir la résistance nécessaire. On trouve sur la face de l’appareil trois boutons : contrôle du volume, jumelage Bluetooth et changement de piste. A gauche, un large bouton Power ; à droite, une boucle métallique. Un cache arrière dissimule une entrée Usb ainsi qu’une entrée auxiliaire en mini-jack 3,5 mm.

En conclusion, avec une qualité de son plus que convenable et un design tout à fait réussi, la Air Raid frôle la perfection et s’intègrera parfaitement dans vos fêtes endiablées, dans votre salon comme sur le sable pour un prix aux alentours de 150€. Disponible en plusieurs coloris ici.

Texte et photos par Enya Quéméner






HOMECORE / SWEAT BIG H

Posté le
Homecore, ce mot anglais mélangeant douceur et puissance résonne dans vos oreilles et là… Vos yeux s’écarquillent ! Et bien oui, l’une des marques française de street wear phare du milieu des années 90 re fabrique un de ses anciens basics. Homecore depuis les années 90 a mué, son logo s’est affiné (voir ci-dessous) et la marque propose des collections plus « chic casual » que « streetwear », préférant aborder une autre vision de la mode en adéquation avec l’évolution des envies de son co-créateur Alexandre Guarneri. Cependant aujourd’hui elle réintroduit l’un de ses mythiques sweats, celui avec le Big H qui a marqué le Chatelet-Les-Halles des années 90 ou autres clips de hip hop dont ceux des NTM.


702_logo-homecore 702-homecore-back
702_homecore-front

On retrouve donc une très belle pièce retravaillée au niveau des finitions. La coupe est très ample, on retrouve les bords-côtes sur le col, poignets et bas, l’épaisseur du sweat en fait son volume pour une aspect typique 90s. Enfin, les surpiqures rouges dans le dos viennent signer de façon définitive ce modèle version 2015. A se procurer d’urgence, car des réintroductions « street » chez nos chères marques françaises sont rarissimes. Attention, ce sweat sera peut-être bientôt plus collector que son original !

Par Ill’Yo / Photos Brendi pour www.gorillasriot.fr





ROCKSTORE DE MONTPELLIER / UNE SALLE EN « OR »

Posté le
Avec sa Cadillac rouge dépassant de sa façade néoclassique le Rockstore, pouvant accueillir 800 personnes, est un lieu niché au coeur de Montpellier. Sa programmation propose depuis presque trente ans tout ce que la musique fait de mieux en matière d’alternative à la variété avec ses artistes diffusés dans les grands médias. Né dans l’effervescence culturelle et politique des années 80 (notamment une importante scène punk avec les OTH, les Sheriff ou encore les Vierges), le Rockstore, qui a malheureusement perdu son fondateur et directeur l’an passé, fait partie des salles de concert mythiques de notre pays. Rénové il y a peu, ce temple de la musique propose toute l’année des soirées attirant un large public et la programmation de ce printemps 2015 est particulièrement réussie !

702-rockstore01
Le bal commence le 1er avril avec un plateau hip-hop royal proposé par l’équipe de la 5ème Saison, les Beatnuts et Jeru The Damaja viennent rapper leurs classiques made in New York. Le festival continue deux jours plus tard avec Christophe Chassol, venu présenter sa nouvelle création : un mix d’images tournées en Martinique qu’il accompagne avec son clavier Fender Rhodes et un batteur. Le public venu en masse semble conquis par la performance des deux hommes, régulièrement invités à Montpellier (notamment par les organisateurs de « Rock it to the Moon »). Quelques jours plus tard, c’est au tour des Zoufris Maracas d’investir le Rockstore, le concert affiche complet. Dans une ambiance bon enfant, le public les écoute et savoure. Il est vrai que leur musique métissée de rythmes africains, manouches ou encore latinos apportent une bonne dose de fraîcheur à la musique française. Ils ne sont pas originaires de Sète par hasard et, quelque part, ces derniers donnent une suite à Georges Brassens ou Pierre Vassiliu. La fête continue avec un live des Massilia Sound System (lui aussi complet) qui occupe nos oreilles le temps d’une soirée. Après plus de trente années d’activisme musical, inutile de vous présenter les trublions marseillais (un livre racontant leur épopée en détail vient d’ailleurs de paraître). Leur concert est encore une fois un grand moment de détente et d’euphorie où musique, pastis, aïoli, tchatche et cannabis se mélangent allègrement entre le groupe et son public (voir photo ci-dessous). Je pourrais aussi vous parler de Guts, Etienne de Crecy, les Tambours du Bronx, tout ça toujours dans le Melkweg montpelliérain car grâce à cette salle et à son équipe, la musique ne s’arrête (presque) jamais et c’est bien ce qui compte ! Galerie photo du Rockstore cliquez ici.

702-rockstore-massilia
702-rockstore02

Texte et photos par Triple 0