Starwax magazine

starwax magazine

THE VASELINES /
V FOR VASELINES

Posté le
Vous n’avez peut-être jamais entendu parler de The Vaselines mais il y a fort à parier , même si vous ne vous intéressez au rock que de loin , que vous ayez déjà entendu un de leur morceaux, Kurt Cobain, leur plus célèbre admirateur, ayant parsemé la discographie de Nirvana de reprises de quelques uns d’entres eux (« Jesus doesn’t want me for a sunbeam » sur le live unplugged à New-York ou « Molly’s Lips » et « Son of a Gun » sur la compilation de singles et b sides « Insesticides »). Duo écossais aux textes volontiers graveleux formé au milieu des années 80 en pleine vague twee pop (leur premier album, « Dum-Dum » est sorti sur 53d & 3rd, label de Stephen Pastel), The Vaselines est composé d’Eugene Kelly et Frances McKee, ancien couple à la ville réuni sur scène depuis 2010. Aussi doués mélodiquement que leurs congénères (Orange Juice ou The Pastels, donc) mais bien plus influencés par le rock US, notamment le Velvet Underground, ils sont le trait d’union idéale entre scènes lo-fi des deux rives de l’atlantique, entre pré shoegaze période C86 et déferlante grunge naissante (Sub Pop leur consacrera d’ailleurs une compilation, « The Way of the Vaselines », en 1992 ). Sorti il y a quatre ans, « Sex With an X » marquait leur retour discographique. « V for Vaselines », leur troisième album en 25 ans vient, en cette fin d’année, compléter à merveille une discographie inversement proportionnelle au culte qui leur est voué. En dix titres et avec l’aide de musiciens locaux, dont Stevie Jackson de Belle & Sebastian et Frank Macdonald de Teenage Fanclub, The Vaselines mettent tout simplement à l’amende tous les petits poseurs du rock indé actuel à coup de mélodies imparables. Un album disponible au choix en édition limitée vinyle rouge avec Cd bonus exclusif et un poster signé et numéroté ou en cassette. Que dire de plus ? Ils seront en concert à Lille et à Paris (à la Maroquinerie) les 17 et 18 novembre prochain. Il est fortement conseillé de s’y rendre.

Par Julien Vuillet.



BURBERRY, FRANCHIT
UN NOUVEAU « CAPE »

Posté le
Bien que le kaki et le bomber marquent un come-back fulgurant dans le top 3 des tendances de cet automne-hiver, ils sont étonnement suivis de la cape, un habit délaissé au fin fond du dressing de nos mères et qui compte bien marquer les esprits cette saison.

Aperçue sur l’épaule du mannequin Cara Delevingne (image ci-dessus) à la Fashion Week du printemps dernier (pour la collection Automne-hiver 2014/2015), la cape Burberry de la gamme Prorsum a fait « les choux gras » de la fashionsphere.

Référencée sous le nom de Monogrammed Blanket, la cape de Burberry marque le renouveau de cet accessoire vestimentaire, devenu marginalisé par les jeunes demoiselles. Cependant la marque est déterminée à la faire accepter par toutes les générations. Look ! Les célébrités Sarah Jessica Parker, Olivia Palermo et même l’actrice Rosie Huntington-Whiteley ont été vu vêtues de la Monogrammed Blanket Cape. Vingt ans les séparent, et pourtant, l’Art de porter la cape reste inchangé.

702_burberry02
Inspirée des vêtements d’équitation britanniques, cette cape est tout aussi esthétique qu’originale car en effet, elle possède des caractéristiques qui pourraient faire frémir les modeuses on ne peut plus pointues : Un design patchwork pour contrer les carreaux beiges de la maison ainsi que le combo de matières laine et cashmere. De plus, elle est réversible et s’adapte à toutes les morphologies. Mais ce qui forge toute son authenticité, c’est offre la possibilité d’y encrer ses initiales en caractères XXL comme l’a fait notre Cara (CJD pour Cara Jocelyn Delevingne). Même si ce n’est pas la première fois que Burberry laisse la liberté à la personnalisation de ses accessoires, cette fois ci, vous êtes sûre d’être remarquée..ou remarquable pour cette saison !

Par Brenda Boutemy.

VINYLHUB /
DISQUAIRES DATABASE

Posté le
Le réputé site Discogs.com considéré comme le plus fourni en terme de références par tous les Diggers et Djs amoureux de vinyles, vient de lancer vinylhub.com. Sur le même principe que Discogs l’ensemble du site est consultable gratuitement et vinylhub permet aussi bien à monsieur tout le monde qu’aux heureux propriétaires de boutiques qui ont pignon sur rue, une fois l’inscription gratuite validée, d’y référencer un disquaire. Tous les jours de nouvelles adresses y sont ajoutées. Un concept pas nouveau sur la toile puisque outre des passionnés isolés existe aussi vinyldistrict avec son application pour android. Cependant Vinylhub a de forte chance de devenir l’annuaire numéro un des disquaires de la planète. Déjà 2295 magasins y sont géolocalisés et Vinylhub comptabilise 3098 membres inscrits qui peuvent aisément échanger sur le forum. Voilà le guide parfait pour tout chercheur de pépites qui parcourt le globe.

Pour ceux qui ne connaissent pas encore Discogs ce site participatif, comme wikipedia, est une sorte de bible où presque tous les disques cds et vinyles du monde sont référencés. De plus il permet à qui le désire d’acheter ou vendre des disques, sans comission, où que vous soyez dans le monde. Toujours sans publicité discogs.com est le site incontournable pour tout mélomane qui souhaite parfaire ses connaissances et ou agrandir sa collection discographique.