Starwax magazine

starwax magazine

chroniquesCD

9 O’CLOCK / ESCAPE EP

9 O’CLOCK / ESCAPE EP

labelClockwork

9 O’CLOCK / ESCAPE EP

album

Depuis les années 80, le scratch existe principalement grâce aux compétitions. Attention on me signale dans l’oreillette que les loopers, c’est cool et que ça stimule aussi la communauté ! À mon avis le turntablism prend toute son essence grâce au live à plusieurs mains. 9 O’clock fait partie de ces collectifs de platinistes encore trop rares. Souvent ces trios ou quatuors débutent en recomposant entièrement des morceaux ou en faisant des remixes, jusqu’à des compositions originales. Dans la lignée des travaux de BNN ou C2C, 9 O’clock creuse, à son tour, les sillons en quête d’identité. Selon cette logique, le trio composé d’Aociz, de Dj Hertz et de Mr Viktor (retiré des battles depuis 2015), propose un deuxième Ep. À la première écoute d’ « Escape », il est évident de constater que les sonorités sont toujours très digitales, surtout en streaming. En revanche, la formation ne sombre pas dans la trap et se démarque en invitant d’autres musiciens. C’est le chant qui est à l’honneur : d’abord masculin avec Quinze sur « Glow », ou avec Sean Hutchinson sur « Fire ». Puis féminin avec Centaure sur « The Rivers Flows ». Ou encore avec Rebecca Meyer sur « Escape ». Ici la rythmique typée house s’accélère et les groupes s’amusent à scratcher habilement la voix. À l’exception du dernier morceau, « Moonbow », plus funky et instrumental, les titres font à peine trois minutes. Les basses sont puissantes mais une écoute du vinyle aurait été appréciable… A noter que des skip proofs sont en bonus pour la version vinyle disponible, directement du producteur au consommateur, ici. 9 O’clock soigne son image et a de fortes chances de trouver son public et de devenir une référence en bass music-r’n’b. Un genre encore peu développé chez nous mais qui est représenté, outre-Atlantique, par la chanteuse Kelela. Ce collectif est certifié fat par Star Wax. À suivre…

Par Supa Cosh…